Alerte Infos

Manosque : l'association qui a déjà sorti 3 000 Malgaches de la misère

Samedi 24 Novembre 2012

Véronique Oddoze-Douillet et Jean-Michel Pont militent au sein de l'association Asa - Haute-Provence. Les bénévoles organisent demain une vente de broderies malgaches, à Puyricard (13).
Véronique Oddoze-Douillet et Jean-Michel Pont militent au sein de l'association Asa - Haute-Provence. Les bénévoles organisent demain une vente de broderies malgaches, à Puyricard (13).
L'Accueil solidarité avenir qui compte une antenne en Haute-Provence, aide les plus pauvres à se reconstruire. (source : laprovence.com)

Voilà qui sonne comme un exploit dans le monde de l'humanitaire. Arracher chaque année aux conditions de vie insupportables, 20 familles de Madagascar pour leur proposer un autre avenir, un autre dessein. C'est ce qu'à brillamment réussi Accueil solidarité avenir (Asa) en plus de 20 ans.

L'association milite ainsi pour donner à la population malgache un rôle dans leur société. "Ce sont des gens qui dormaient dans la rue, vivaient dans des bidonvilles ou dans des décharges", martèle Jean-Michel Pont, adhérent à l'antenne haut-provençale de l'association. Le combat d'Asa s'articule selon un principe simple : "aider les familles qui dorment dans la rue à retrouver une dignité et une autonomie", répond Véronique Oddoze-Douillet, vice-présidente d'Asa Haute-Provence.

Or, qui dit autonomie dit revenus, responsabilités, scolarisation des enfants... Qu'à cela ne tienne ! L'association a déjà fait une grande partie du travail grâce à son programme "casa", développé sur trois ans. Avec pour finalité pour les familles de rejoindre les 30 000 hectares des hauts plateaux alloués par le gouvernement malgache. Et y devenir... agriculteur !

Car pendant les deux premières années du programme, les familles sont briefées, formées à tenir un budget, à scolariser les enfants dans l'une des trois écoles primaires et dans le collège créés par l'association. Et à apprendre le métier le plus noble qui soit, celui du travail de la terre. Ainsi a été fondé le Centre des métiers, sur les hauts plateaux. C'est ici que les plantes poussent en pépinière, afin d'alimenter les agriculteurs. C'est ici aussi que des professeurs enseignent l'art de cultiver.

Plus qu'une intégration : les habitants participent à la construction de leur maison. Quinze villages ont ainsi été construits depuis la création de l'Asa.

Pour soutenir cette nouvelle société, des enseignants, des médecins, des assistantes sociales, tous Malgaches et salariés de l'Asa se sont installés sur cette "nouvelle" terre, désormais fertile. "C'est impressionnant comme structure!", lance Catherine Oddoze-Douillet. Mais la militante refuse de s'arrêter en si bon chemin. À la suite de la sollicitation de l'un de ses confrères dentistes, elle rejoint Asa médical, fondé il y a un an. "J'ai fait dentaire pour faire de l'humanitaire", sourit-elle.

En organisant des manifestations, comme la braderie de ce samedi, Asa médical récolte des fonds, afin que l'association puisse embaucher du personnel malgache. "Un fauteuil de dentiste vient d'être installé." Grâce aux dons des généreux bienfaiteurs, ce siège pourrait accueillir des patients. Et même un dentiste.

Antoine Marigot

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar