Alerte Infos

Marchands ambulants : astuces de camouflage

Jeudi 13 Janvier 2011

Directeur de Cabinet de la Commune : le Commissaire Alexandre Rabearisoa
Directeur de Cabinet de la Commune : le Commissaire Alexandre Rabearisoa
Les saisies de marchandises opérées avec fermeté par la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) depuis le début de l’année se poursuivent. La CUA est en effet déterminée à mener jusqu’à son terme les mesures d’assainissement, afin de rendre à Antananarivo son prestige de Capitale saine et agréable à vivre.

C’est donc devenu une scène quasi quotidienne dans les quartiers du centre ville (Analakely, Anosy Mahamasina, Behoririka Soarano) que de voir le camion bleu de la Commune, surnommé « Mangabe » par les gens, arriver dans les rues squattées par les marchands. Ceux – ci se préviennent mutuellement à son approche et prennent la fuite, en emportant à la hâte leurs marchandises, qui dans une soubique, qui dans un carton, qui dans des caisses ou des cageots. Ils abandonnent ainsi des tables, des tabourets, et vont se réfugier dans les boutiques aux alentours. Certains d’entre eux, repérés par la Police des Marchés, vont jusqu’à entasser leurs articles dans une voiture en stationnement. Quand « Mangabe » repart, après avoir emporté les objets abandonnés ou des marchandises, ces marchands reviennent sur les trottoirs. Le Directeur de Cabinet de la Commune, le Commissaire Alexandre Rabearisoa a indiqué que les saisies ne s’effectuent pas sans action préalable de sensibilisation. Des affiches, des messages verbaux, l’incitation des marchands à rejoindre les marchés appropriés, sont autant de mesures et d’alternatives de la CUA avant la saisie des marchandises vendues illicitement. Le Directeur de Cabinet a noté qu’il y a parmi ces récalcitrants des marchands ayant des places attribuées dans les marchés. Mais ils sortent dans la rue également, s’alignant avec les marchands à la sauvette. Ceux-là sont invités à rejoindre leurs places dans les marchés. Certains acceptent, d’autres ont parfois des mots provocateurs ou des attitudes menaçantes. D’autres encore refusent de se rendre dans les marchés appropriés et se cachent lorsque le camion « Bemanga » apparaît.
Le Commissaire Alexandre Rabearisoa rappelle que dans les bureaux de la CUA, à Tsimbazaza, un guichet unique a été constitué pour régulariser la situation des gens qui souhaitent gagner leur vie au moyen du commerce. Les formalités ont été simplifiées au maximum, il suffit de présenter sa carte d’identité nationale, un certificat de résidence. La CUA indique qu’une place régulière pour vendre peut être attribuée dans les marchés de fokontany ou dans les marchés municipaux.
G. Ravelomanantsoa

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar