Alerte Infos

Maurice : 37 ouvrières malgaches expulsées

Mardi 25 Septembre 2012

Maurice : 37 ouvrières malgaches expulsées
Elles avaient tout quitté et choisi l’exil, laissant maris et enfants à Madagascar, ces ouvrières malgaches n’avaient qu’un seul souhait, travailler à l’Ile Maurice, pour gagner 4.012 roupies (105 euros) et nourrir leur famille sur la Grande Ile. (source : zinfos974.com)

Souvent pointés du doigt, les travailleurs étrangers vivent souvent dans des conditions difficiles à l’Ile Maurice. Un salaire payé une misère à la clé et des horaires extensibles jusqu’à tard dans la nuit, pour amasser un petit pécule supplémentaire, gagné à la sueur de leur front.

Manque de sommeil, fatigue, dortoirs surchargés, les travailleurs étrangers n’ont guère le choix, pour s’en sortir et envoyer de l’argent, à leur famille à l’extérieur. Le travail et rien que le travail, comme seule échappatoire à l’horizon.

17.500 travailleurs étrangers en 2004, 23.600 au premier trimestre de 2012. Une main-d'œuvre bon marché, venue de Chine, de Madagascar, d’Inde, du Sri Lanka, du Népal ou du Bangladesh, pour les entreprises locales.

Pourtant, malgré l’extrême dureté des tâches, souvent répétitives, auxquelles elles doivent faire face dans les usines, 37 ouvrières malgaches avaient décidé, il y a quelques mois, de faire le grand saut et s’ouvrir grand les portes de l’Eldorado mauricien.

Aujourd’hui, c’est la désolation et la consternation. Le rêve a très vite viré au cauchemar au bout de quelques semaines. 37 ouvrières malgaches ont été expulsées par leur employeur mauricien. Avec un préavis de 7.000 roupies en poche (184 euros), elles ont été avisées brutalement, mardi dernier, par le directeur de l’usine qu’elles prenaient l’avion, dimanche matin, pour un retour précipité à Madagascar.

"On n’a jamais eu de problèmes ici"

Les visages crispés d’incompréhension et de déception, ces ouvrières ont embarqué dimanche matin à Plaisance, à l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam, pour la Grande Ile.
"C’est très malheureux, nous n’avons rien fait et, du jour au lendemain, on nous renvoie chez nous ! Nous sommes contentes de rentrer dans notre pays natal, mais pas dans ces conditions, on a tout laissé pour venir faire des colliers ici", confie une de ces travailleuses malgaches au site defimedia.info.

La jeune femme de 28 ans est à bout de nerfs et ne cesse de se lamenter sur son triste sort et celui de ses collègues d’infortune de travail.
"D’abord, on nous a dit qu’il n’y a pas de permis pour les dortoirs alors qu’on a vu les papiers affichés là-bas. Puis, le directeur a dit qu’il y a eu des plaintes que nous prenons les maris des voisines ! Mais tout ça est faux ! On n’a jamais eu de problèmes ici", raconte-t-elle, au bord des larmes.

"Ce qui nous arrive est très injuste. La décision de nous déporter n’est pas correcte parce qu’on n’a rien fait de mal. Maintenant nous avons très peur de notre retour, car nos familles vivaient avec nos salaires de 4.012 roupies. Nous en avons ras le bol et nous ne mettrons plus jamais les pieds à Maurice. C’est injuste !", s’époumone-t-elle.

Du côté de l’ambassade de Malgache à Maurice, le discours officiel de la langue de bois prévaut pour l’occasion, déclarant ne rien savoir de cette affaire et que cela "ne relève pas de ses compétences".

De nombreux syndicalistes mauriciens critiquent, depuis de nombreuses années déjà, la précarité de vie, des travailleurs étrangers à Maurice. Pour le mois d’août de cette année, le ministère du Travail a octroyé 3.090 permis de travail, à des ressortissants de Madagascar.

Fabrice François
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar