Alerte Infos

Mesures d’apaisement : avis divergents sur l’amnistie

Lundi 13 Décembre 2010

Mesures d’apaisement : avis divergents sur l’amnistie

Les membres du Congrès de la Transition (CT) et du Conseil Supérieur de la Transition (CST) n’ont pas encore vraiment pris de décision sur l’amnistie, considérée comme une mesure d’apaisement du climat politique malgache. Cette question demeure en effet délicate, quand bien même les résolutions de la Conférence nationale d’Ivato a préconisé une amnistie sélective, c’est – à-dire relative aux délits et crimes commis entre l’année 2002 et 2008. Certains membres du Parlement de la Transition, comme le Professeur Alain Tehindrazanarivelo estiment en effet qu’il faut appliquer cette mesure selon les résolutions de la Conférence nationale. D’autres, à l’instar de René Rasolofo, membre du CST également et Président de la Commission Education, pensent qu’il faut soupeser avec beaucoup de sagesse l’octroi de cette amnistie. « Il est primordial d’en mesurer toutes les conséquences, a –t-il noté ». Clément Ravalisaona, membre du CT, et Président du parti AME- Antoko Miombon’Ezaka se demande s’il ne faudrait pas ériger une juridiction spéciale qui se chargerait de l’examen au cas par cas des différentes personnes impliquées. Quant à Vy Vato Rakotovao, membre du parti Tiako I Madagasikara (TIM) de l’aile modérée de Raharinaivo Andrianantoandro, il juge les membres du Parlement de la Transition comme non-habilité à se prononcer sur l’amnistie, étant des parlementaires désignées et non des élus. D’autres voix enfin, en se référant à la Convention de Rome, pensent qu’il existe des actes qui ne sont pas amnistiables. Bref, le débat est encore ouvert et les avis divergent absolument. Le cas du Colonel Coutiti amène effectivement à réfléchir sérieusement à cette question. Celui-ci en effet, avait été condamné et emprisonné sous le régime de Marc Ravalomanana pour des meurtres qu’il a commis durant les affrontements de 2002 dans les régions. Or, sa libération de Tsiafahy en 2009- au grand dam de nombreux citoyens !- a été perçu comme une grâce présidentielle, et lui-même avait déclaré solennellement à sa sortie de prison qu’il avait changé. Le voici pourtant impliqué dans le « comité militaire » ayant comploté contre le régime de transition ! L’amnistie ne devrait pas être accordée dans ce cas, parce qu’elle consacrerait l’impunité à Madagascar.
Ginette Ravelomanantsoa

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar