Alerte Infos

Metz: Mort mystérieuse à Madagascar

Dimanche 31 Août 2014

Metz: Mort mystérieuse à Madagascar
Camille Schaeffer, un Lorrain de Lemberg propriétaire d'un hôtel à Madagascar, est mort le 11 août ainsi que sa femme et ses enfants dans le naufrage de son bateau.

En Lorraine, sa famille a porté plainte en France et juge leur décès suspect.

Que s'est-il passé le 11 août dernier au large d'Antsisikala, province de Diego Suarez, au nord de l'île de Madagascar? Le lendemain, en milieu de nuit, les corps de Camille Schaeffer, originaire de Lemberg, près de Bitche, de son épouse malgache, d'une des filles de celle-ci et de la femme du gardien de l'hôtel que le Lorrain possède dans la baie des Cailloux blancs sont retrouvés sur le rivage. Le corps du fils de la femme du Mosellan est découvert dans la matinée ainsi que leur embarcation, une vedette en bois, ancrée et renversée près du rivage. Le cadavre du skipper sera sorti de l'eau quatre jours plus tard. Un des occupants du bateau manque toujours à l'appel.

Alors que la dépouille de Camille Schaeffer, installé dans l'île depuis un an, a été rapatriée hier en France et autopsié à Paris, ses deux frères et ses parents ont déposé plainte pour connaître la vérité sur sa mort. Une enquête confiée à l'Office central de répression des violences aux personnes, qui dépend de la police judiciaire parisienne, serait actuellement en cours pour déterminer avec précision les circonstances du décès.

Jugées suspectes dans un premier temps par la gendarmerie locale chargée de l'enquête, sa mort et celle de ses proches seraient plutôt la conséquence d'un malheureux accident.

«Même le directeur d'enquête semblait troublé par les premières constatations du légiste, qui avait relevé des traces de coups sur le corps des victimes et notamment le crâne de M. Schaeffer», raconte une journaliste de La Tribune de Diego contactée hier, qui suit l'affaire depuis le début. Parmi les éléments troublants également, le fait que certains décès seraient consécutifs à des blessures et d'autres à la noyade. Rapidement, plusieurs journaux s'inquiètent d'une possible attaque de pirates, alors que la mort violente de plusieurs Français ces dernières années dans l'île – dont un, Sébastien Judalet, avait été lynché fin 2013 pour des faits de pédophilie présumés aujourd'hui démentis – crée un étrange climat de suspicion sur place.



«La mer n'était pas favorable»

La gendarmerie privilégie désormais l'hypothèse d'une fortune de mer. Leur vedette transportait 800 litres d'eau répartis dans des bidons et des tonneaux. «Rien ne prouve que le bateau a été abordé au large. Ensuite, la mer n'était pas favorable à une traversée», expliquent les gendarmes, qui jugent probables que la cargaison, mal amarrée, a fait chavirer la vedette. «Si le vol avait été le mobile de l'attaque, le bateau aurait été ramené au rivage et on n'aurait pas retrouvé ses bijoux sur le corps de l'épouse de Camille Schaeffer», analysent encore les enquêteurs, cités par la presse locale. Les blessures sur les corps pourraient ainsi être dus à des chocs pendant le naufrage.

Un an après son installation dans l'île à la tête de l'hôtel Les Flibustiers, après avoir travaillé dans les Vosges, à Remiremont, dans les métiers du bois, Camille Schaeffer prévoyait de rentrer en Lorraine avec les siens. Leur route s'est arrêtée tragiquement au large d'Antsisikala. Aujourd'hui, sa famille veut savoir comment et pourquoi ils sont morts et conteste la thèse officielle. «La plainte déposée en France devrait rouvrir le dossier et peut-être l'éclairer d'un jour nouveau», estime la journaliste de La Tribune de Diego. Contacté hier, le Quai d'Orsay n'a pas apporté d'informations complémentaires.

La famille cherche la vérité

La famille de la victime espère que la plainte déposée en France permettra de lever une partie du voile.

Il y a un an, Camille Schaeffer avait décidé de changer de vie. De tout quitter. Du jour au lendemain. Originaire de Lemberg, village du Pays de Bitche, il s'était installé à Madagascar. «Il avait trouvé un hôtel à reprendre, raconte un de ses deux frères, le Dr Laurent Schaeffer, qui a un cabinet à Petit-Réderching, la commune voisine. Il était parti en août dernier.» Gérant de l'hôtel Les Flibustiers, dans la splendide baie des Cailloux blancs, Camille Schaeffer, 57 ans, ne s'était pas seulement pris de passion pour cette île africaine. Il avait rencontré Armélie, 35 ans, la maman de Ceserinah et Patrick-Michaël, les deux enfants de 8 et 11 ans qui sont également décédés dans le naufrage. Elle est devenue son épouse en début d'année. «Mon frère attendait que sa femme ait ses papiers pour devenir française, ça allait se faire ces jours-ci», confie le Dr Schaeffer. À Diego Suarez, dans le nord de Madagascar, Camille Schaeffer avait l'intention de vendre son affaire. Le couple devait revenir en France.

Son retour était attendu. Camille Schaeffer était connu, au Pays de Bitche. Passionné de ballon rond, il avait été membre du comité du Football-club de Lemberg.

Une famille désemparée

Ancien chef d'entreprise, il était devenu responsable de la fabrication de panneaux de bois, à Remiremont. L'annonce de sa noyade, en compagnie de son épouse et de ses deux enfants, a donc été effroyable. «Les gendarmes de Rohrbach-lès-Bitche m'ont téléphoné, affirme Patrick Klein, le maire de Lemberg, pour que j'aille avec eux avertir la famille.»

Aujourd'hui, les parents, Joseph et Pierrette Schaeffer, ne parviennent pas à encaisser le choc. Ils cherchent à comprendre ce qui a pu se passer ce 11 août. «Une autopsie a été pratiquée, mais les circonstances restent suspectes, témoigne le Dr Schaeffer, qui a été entendu par les gendarmes de Rohrbach-lès-Bitche. On ne sait toujours pas ce qui s'est réellement passé. L'enquête suit son cours à la gendarmerie de Diego Suarez.» Comme ses parents, sous le choc, et son frère Jean-Joseph, lui aussi médecin installé dans la région de Saint-Dizier, Laurent Schaeffer cherche la vérité. «Ce sont les gendarmes qui nous ont appris la nouvelle. Nous avons été en contact avec le consul de France. Mais nous ne sommes pas soutenus. Quand nous vivons de telles situations, nous devons nous débrouiller. Le seul réconfort que nous avons eu, c'est celui des gendarmes de Rohrbach-lès-Bitche, qui ont tout fait pour faire avancer les choses.»

Le corps de Camille Schaeffer a été rapatrié. Il sera inhumé demain samedi. Désemparée, la famille n'envisage pas de se rendre sur les lieux du drame. «Tout dépendra des circonstances, du suivi de l'enquête. Là-bas, ses affaires ne resteront pas longtemps intactes. Son hôtel sera pillé», pense son frère. Dans la douleur.



Jonathan Breuer
Source Le Républicain Lorrain
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar