Alerte Infos

Meurtre de Joseph Sauban : l’épouse, d'origine malgache, bientôt renvoyée aux assises

Dimanche 7 Octobre 2012

Joseph Sauban avait été retrouvé dans une mare de sang dans son appartement de la résidence Les Aquarelles, en plein centre-ville du chef-lieu (photo FLY)
Joseph Sauban avait été retrouvé dans une mare de sang dans son appartement de la résidence Les Aquarelles, en plein centre-ville du chef-lieu (photo FLY)
Saint-Denis - Juge des libertés et de la détention. Ce ne serait qu’une question de mois, selon le parquet, avant que l’affaire du meurtre de Joseph Sauban ne soit renvoyée à la cour d’assises. (source : clicanoo.re)

La procureure adjointe Emmanuelle Barre a annoncé avoir signé un réquisitoire aux fins de mise en accusation au cours du défèrement de Marie Ochine, épouse Sauban, devant la juge des libertés et de la détention (JLD) Françoise Mariaux.

« UNE FEMME DÉPOURVUE D’ÉMOTIVITÉ »

Mais il faudra encore attendre l’aval du juge d’instruction qui a repris le dossier de l’ancien juge Noailles. Jeudi, face à la JLD, Marie Ochine est restée de marbre alors que l’on évoquait à nouveau le meurtre atroce de l’homme qu’elle avait quitté en mai 2011. « Je n’ai pas reconnu les faits », lâchera-t-elle sobrement avant de se murer à nouveau dans le silence.

Le corps de Joseph Sauban, retraité de l’Éducation nationale âgé de 69 ans, avait été retrouvé dans une mare de sang dans son appartement de la rue Sainte-Marie, le 23 janvier 2011, à Saint-Denis. L’enquête et l’autopsie avaient démontré une violence particulière.

Plusieurs armes auraient été utilisées, notamment une lame de type baïonnette ou sagaie, retrouvée plantée dans le thorax de Joseph Sauban, ainsi qu’un objet contondant ayant servi à frapper au visage le retraité, mais sur lequel des doutes planent encore.

En effet, le corps du sexagénaire avait été retrouvé plusieurs jours après la mort, en état de décomposition avancée.

Le parquet a demandé le maintien en détention de la jeune femme de nationalité malgache, compte tenu du risque que l’intéressée n’échappe à la justice en s’enfuyant vers son île natale. « Nous avons affaire à quelqu’un qui est totalement dépourvu de la moindre émotivité, de la moindre humanité », estimait la procureure adjointe Emmanuelle Barre, en soulignant qu’à la suite des faits reprochés, la meurtrière présumée aurait tranquillement poursuivi ses activités de prostituée et ses sorties en discothèques. « Elle ne s’est jamais expliquée sur le déroulement des faits », a ensuite rajouté la représentante du parquet.

A la défense, Me Yannick Mardénalom a pointé du doigt le manque d’éléments probants, à son sens, dans un dossier d’enquête où les « vraisemblable » côtoieraient les « peut-être » et les « possible », et où aucune trace d’ADN ne confondrait Marie Ochine.

« ma cliente s’est présentée spontanément »

« Ma cliente aurait largement eu le temps de quitter l’île si elle l’avait voulu, a-t-il ajouté en réponse aux arguments du parquet. Il s’est passé des semaines entre le décès et la découverte du cadavre. Puis des semaines avant que ma cliente ne se présente spontanément au commissariat ». Mais la JLD a finalement prononcé la prolongation de la détention de la jeune Malgache. « Vous n’avez jamais fait appel alors que vous dites que vous êtes innocente…, s’est étonnée la magistrate. Je ne trouve pas ça logique »

H.A.

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar