Insolites et le-saviez-vous ?

Noël chez nos voisins, ça se passe comment ?

Samedi 26 Décembre 2015

Parce que Noël est l’une des fêtes les plus célébrées au monde, petit tour de certaines traditions européennes et des us et coutumes qui y sont liés au-delà de nos frontières.

Nul besoin de rappeler que Noël est une fête chrétienne qui célèbre la naissance du Christ. Mais saviez-vous qu’à l’origine, 
il s’agissait d’une célébration païenne marquant le solstice d’hiver ? De nos jours, Noël est devenu « profane » avec un large aspect commercial. Les familles se rassemblent autour d’un bon repas et il est d’usage d’offrir aux plus jeunes – comme aux plus âgés – des cadeaux, apportés par le père Noël ou par ses congénères ! Partons à la découverte des traditions européennes.

En Allemagne : «Fröhliche Weihnachten»

Deux personnages mythiques sont chargés de distribuer les cadeaux. Le premier est Saint Nicolas qui œuvre dans le nord du pays. Le 6 décembre, il apporte ses cadeaux en descendant du ciel sur une luge, mais au sud, c’est le père Noël qui offre ses présents aux enfants les plus sages dans la soirée du 24. S’il est une tradition très présente en Allemagne, c’est celle de l’avent. Ainsi, chaque dimanche, on allume une bougie sur la couronne de l’avent qui compte en tout quatre bougeoirs, et c’est aux enfants et à eux seuls que revient la charge de décorer le sapin de Noël le 24 décembre. Enfin, côté gastronomie, nos voisins de l’Est ne sont pas en reste puisqu’en cette période, il est de coutume de déguster une oie grillée accompagnée de chou rouge et de pommes, le tout servi dans un plat multicolore, décoré de fruits, de noix, d’amandes et de gâteaux. Parmi ces derniers, le plus apprécié est le « Christstollen », l’équivalent de notre bûche en France. Originaire de Dresde, il a la forme d’un pain allongé, la consistance d’un cake et est agrémenté de fruits confits, d’épices, de rhum, avec de la pâte d’amande en son milieu, le tout recouvert de sucre glace...

En Espagne : « Feliz navidad »

Ce sont les rois
 mages qui ont la cote. Ils sont
ainsi célébrés dans de nombreuses
villes. Pour l’occasion, des chars sont fabriqués à leur effigie ; ils défilent sous le regard des passants ébahis, et plus encore ceux des enfants qui sont d’ailleurs très gâtés lors des fêtes de fin d’année. Outre quelques présents reçus le 25 décembre, ils reçoivent également – et surtout – des cadeaux le 6 janvier de la part des rois mages, en lieu et place du père Noël, celui-ci n’ayant finalement pas une grande importance chez nos voisins ibériques.
 L’histoire raconte aussi que jadis, le soir du réveillon et le matin de Noël, dans les villages espagnols, on récompensait le voisin qui avait aidé à rentrer les récoltes avec un panier rempli de victuailles. Cette tradition perdure de nos jours puisqu’il est fréquent d’offrir les mets les plus raffinés dans un panier d’osier. Le turrón par exemple – le fameux nougat au miel et aux amandes – a une place de choix, aux côtés des truffes, des fruits à l’eau-de-vie, du jambon, du vin ou des marrons glacés. L’origine de la plupart des confiseries que l’on trouve à cette occasion remonte à la domination arabe, puisque ce sont ces conquérants qui ont introduit sucre et art de la pâtisserie dans la péninsule !

En Irlande : « Merry Christmas »

Les festivités durent elles aussi plus longtemps qu’ailleurs. Tout débute par le « little Christmas », ou « petit Noël », douze jours avant le 25 décembre. Le jour J, les Irlandais se rendent à la messe de minuit sans oublier de laisser derrière eux un verre de whisky pour le père Noël. Si le jour de Noël reste un moment de partage en famille, avec repas et ouverture des cadeaux, sachez que le 26 (également férié et appelé le « Stephen’s Day »), nombreux sont les Irlandais qui assistent à des courses de chevaux, font des paris, tandis que d’autres chantent dans les rues.

En Hollande : « Vrolijk Kerstfeest »

C’est Saint Nicolas
 qui distribue ses cadeaux. La légende
 raconte qu’il accoste par bateau à Amsterdam le 6 décembre. Il enfourche alors son cheval dont Pierre le Noir tient la bride. C’est ce dernier qui tient compte de toutes les bonnes ou mauvaises actions menées par les enfants du pays, dans son grand registre. On relate également que Saint Nicolas peut arriver par les toits, d’où l’importance de ne pas oublier de placer ses souliers devant la cheminée, ni d’y placer foin et carottes pour la monture. Parfois, le saint se révèle un vrai farceur et s’amuse à cacher les cadeaux des enfants. S’ensuit alors une grande chasse au trésor, dont la piste est jalonnée de poèmes-indices... Ce n’est qu’après ces péripéties que la famille se réunit autour du repas composé du traditionnel « gâteau de lettres », souvent décoré des initiales des hôtes.

Au Portugal : « Feliz Natal »

Plutôt que de sapins, on parle plutôt de « bois de Noël ». Il s’agit d’un arbre que le notable de chaque village offre aux jeunes gens. À eux de le découper ensuite et de le rapporter dans un char décoré tiré par des bœufs. Béni sur le parvis de l’église, le bois est alors enflammé le 24 décembre, illuminant la nuit de Noël de mille feux... Il arrive parfois que l’on brûle le bois dans un cimetière car certaines croyances affirment que les âmes des morts y rôdent la nuit de Noël ! Le repas traditionnel est composé de « bacalhau cozido » (morue cuite avec des pommes de terre et du chou, arrosée d’huile d’olive) mais ne peut être entamé que lorsque les treize desserts sont déposés sur la table... À la fin du dîner, la table est de nouveau dressée pour les morts de la famille.

Chez les Italiens : « Buon Natale »

Les fêtes 
de Noël s’étalent sur trois 
journées, du 24 au 26 décembre.
 Mais les traditions diffèrent d’une région à une autre. Par exemple, dans certains endroits du nord, c’est le père Noël ou le petit Jésus qui apporte les cadeaux. Ailleurs, cela peut être Sainte Lucie. À Rome ou plus au sud, il s’agit de la
 « Befana » (une sorcière très vieille mais pleine de bonnes attentions). Toujours est-il que ce sont bien les Italiens qui ont inventé la crèche, d’abord dans les églises au XVe siècle. Il est de coutume de l’installer neuf jours avant la célébration de la naissance de Jésus. Enfin, que serait Noël sans le panettone ? Un gâteau brioché aux fruits confits qui serait apparu à la fin du XVe siècle à Milan...

En Grèce : «Καλά Χριστούγεννα »

Traditionnellement chaque
 maison en Grèce s’orne d’une maquette de bateau en bois, souvent décorée de guirlandes ou de petites bougies. Le sapin n’a fait son apparition qu’en 1839, et l’on ne trouve pas de crèche au pied de l’arbre. Le repas se prend tôt le 24, car le lever a lieu vers 4 heures du matin pour la messe du 25 décembre. Ce n’est qu’au retour que les familles dégustent les mets préparés pour l’occasion : miel, fruits secs, et le fameux « christopomos » (galette aux noix parée de l’empreinte de la maîtresse de maison qui l’a cuisinée, symbolisant les doigts du Christ). Les cadeaux sont offerts par Saint Basile le 1er janvier. Malgré toutes ces festivités, en Grèce, Noël est moins important que les fêtes de Pâques.

Chez les Suédois : « God Jul »

Noël est si important que les festivités qui l’entourent sont les plus longues et les plus grandes de l’année ! Et pourtant, ici ce n’est pas le pays du père Noël, mais celui d’un certain Jul Tomte, ou encore Sainte Lucie (bien que d’origine italienne, elle est grandement respectée et est attendue en période de Noël comme le petit Jésus). Jul Tomte est un gnome qui, selon la légende, vivait autrefois dans les fermes. Chaque maison en possédait un. C’est à lui que revenait la charge de surveiller les récoltes et le troupeau. Aujourd’hui, on considère qu’il est 
le gardien de la maison et de la famille. Le temps fort en Suède est la veille de Noël, moment où l’on échange les cadeaux, les «Julklappar ». Une véritable cérémonie où l’on offre un premier cadeau à une personne désignée, tous assistent alors à son déballage. La personne qui a reçu le cadeau offre alors à son tour le sien à un autre invité, etc.
 Il faut savoir que la nuit est souvent très longue dans ces contrées ! Enfin, il est toujours possible de se rassasier un peu en finissant les restes du repas traditionnel : poissons et charcuteries, le tout arrosé de vin chaud épicé.

Et ailleurs ?

Au Guatemala (« Feliz Navidad »), les festivités démarrent le 14 décembre. Très croyants, les habitants entament alors deux semaines de processions durant lesquelles des centaines d’habitants par village cheminent de maison en maison jusqu’à choisir celle dans laquelle ils célébreront Noël. Ce n’est que le 8 janvier, jour de l’Épiphanie, que les festivités prennent fin. Traditionnellement, chaque famille achète ou fabrique une «pinata» – sorte de sculpture en papier mâché, remplie de friandises – que les enfants doivent briser. Outre les bonbons, le repas de fête se compose de tamales, petites galettes garnies.

Au Cameroun (« Joyeux Noël »), le jour de Noël tombe en plein mois de vacances pour les écoliers. Ils sont alors réquisitionnés pour la récolte du café et des arachides. Le 24 au soir, les villageois se réunissent sur la place du village, les plus croyants vont célébrer la parole de Dieu à l’église, puis un grand feu est allumé autour duquel les habitants dansent jusqu’au petit matin.

À Madagascar (« Tratry ny Krismasy »), Noël est toujours l’occasion pour les habitants des petits villages de rejoindre les grandes villes. Les églises se remplissent alors et, toutes religions confondues, Noël est célébré longuement. Certains dorment même sur place avant de repartir le lendemain. Pour les Malgaches les plus riches, 
la distribution des cadeaux n’est pas vraiment une tradition, en revanche, il est obligatoire de porter des vêtements neufs le jour de Noël !

Source : RéponseATout.com

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar