Alerte Infos

« Ô bout du monde », expédition positive à Madagascar

Dimanche 5 Avril 2015

Laurent Bignolas et son association Man & Nature relèvent le pari d’allier protection de la nature et développement local. Première escale en terre malgache.

À contre-courant d’une actualité dramatique et de commémorations de pages tragiques de l’histoire, « Ô bout du monde » invite à un bol d’air et d’optimisme dans l’île africaine de Madagascar, regorgeant de richesses naturelles.

La nouvelle formule de la collection documentaire de France Ô, incarnée par le journaliste globe-trotteur Laurent Bignolas – il a sillonné des années durant la planète pour les émissions de France 3 « Faut pas rêver » et « Thalassa » –, met en valeur des initiatives locales, protectrices de la faune et de la flore et offrant des débouchés insoupçonnés pour des communautés villageoises.

Rencontre avec le grand lémur bambou, que l'on pensait éradiqué

Polo bleu et sac à dos orange, Laurent Bignolas arpente des villages, des forêts luxuriantes, des paysages côtiers de toute beauté. Sur l’île de Nosy Be, Andana, une jeune entrepreneuse, commercialise l’huile essentielle d’ylang-ylang. Les plantes médicinales offrent aussi des opportunités économiques, de même que la protection des animaux, la lutte contre l’érosion ou la mise en place de circuits touristiques respectueux de la nature.

Le plus grand moment du reportage reste la rencontre avec le grand lémur bambou, que l’on pensait éradiqué. La caméra scrute la forêt dense, lorsque apparaît le profil, puis se dessine le minois de cet animal, symbole de Madagascar.

D’anciens chasseurs, reconvertis en guides attentifs, proposent de rencontrer dans leur milieu naturel les différentes espèces de lémuriens, qui se nourrissent exclusivement de végétaux.

Montrer qu'un "MIEUX VIVRE" local est possible

Ces initiatives locales sont soutenues par Man & Nature, association spécialisée dans la sauvegarde de l’environnement, dont est membre Laurent Bignolas. « Toutes ont pour objectif de préserver la nature et d’améliorer les conditions de vie des populations locales », précise le présentateur. « Simples intermédiaires, nous établissons des contacts, nous cherchons des financements pour démarrer des projets, et les associations locales, avec les habitants, prennent le relais. »

La collection veut aussi montrer qu’un « mieux vivre » local est possible grâce à ces aventures collectives, qui créent des emplois, du lien social, des structures éducatives et permettent de lutter contre l’exode rural. Après Madagascar, « Ô bout du monde » mettra le cap sur le Sénégal, le Nicaragua, le Népal et le Cambodge…

Source : la-croix.com
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar