Alerte Infos

Pétanque - 34 e édition du Bicbo : Un parfum d’inachevé...les malgaches en déroute...

Mardi 11 Septembre 2012

Angy Savin (au centre) a le sourire. Avec Christophe Sarrio et Romain Fournié, ils viennent de doubler la mise face à des Malgaches timorés par l’enjeu. (photo Salvatore Barletta)
Angy Savin (au centre) a le sourire. Avec Christophe Sarrio et Romain Fournié, ils viennent de doubler la mise face à des Malgaches timorés par l’enjeu. (photo Salvatore Barletta)
Entre les pistoleros malgaches et les artilleurs Sarrio, Savin et Fournié, la finale se voulait explosive. Mais le choc accouchera d’une souris. Et Sarrio rejoindra un certain Ducarouge au palmarès. (source : lejsl.com)

Soleil de plomb, des tribunes garnies comme on en voit si peu dans le monde de la petite boule, une finale alléchante avec deux équipes de bombardiers. Bref, tous les ingrédients réunis pour transformer l’essai du président des Amis de la Pétanque de Chalon, Benoît Putzu. Mais il était dit que l’affrontement entre les vainqueurs 2011 et les professionnels malgaches tournerait court. « Pour nous c’est mieux, mais c’est vrai que pour le public, cela peut être frustrant » nous confiait un Romain Fournié comblé par ce deuxième succès en terres chalonnaises.

Dommage en fait, car Roch, Taraka et Kaila méritaient mieux que cette sortie sur la pointe des pieds du carré d’honneur. Mieux surtout en référence à la partie extraordinaire livrée en quart de finale face à l’ancien chalonnais Christian Maugras. Mieux aussi après cette demi-finale largement dominée devant le champion du monde 2006 « Boom-boom » Milei, incapable d’endiguer les déferlantes des hommes de l’île rouge. Sauf qu’en retrouvant en finale Sarrio, Fournié et Savin, les Malgaches commettront des erreurs inhabituelles. « Ils connaissaient nos points faibles » se défendra après la finale le milieu Kaila, de son vrai nom Rado Calainor Ratsimbazafy.

Jeu court fatal

En effet, Sarrio and co useront et abuseront du jeu court. Une tactique que les Malgaches ne possèdent pas en magasin. Du moins pas encore.« Quand vous n’êtes pas bon de près, c’est compliqué de s’en sortir » expliquait Romain Fournié, le métronome au point de la formation double vainqueur. Pourtant, tout débute dans le meilleur des mondes pour des Malgaches débarqués en France en juillet dernier et qui patienteront jusqu’en octobre prochain, après le mondial de Marseille, pour retrouver leur île natale. 4 à 0 dans la première mène après deux écarts de Sarrio lui-même, Madagascar rigole.

Pas longtemps. Le quatrième jet de but condamnera cette équipe parfois fantasque mais tellement talentueuse. À 6 mètres, Taraka rivalise avec Sarrio mais est trahi par son milieu Kaila qui perd le fil de la partie. Au lieu d’enquiller au moins trois nouveaux points, c’est au contraire Sarrio qui marque contre toute attente. Un signe qui ne trompe pas. Dès lors, le sort des Malgaches s’écrit en lettres majuscules. « Face à eux, il ne faut surtout pas leur laisser trop d’avance sinon vous courez à votre perte. Nous les connaissons très bien, d’où notre choix de jeter le but à six mètres » analysait après coup Romain Fournié.

Des Malgaches sonnés

Une décision judicieuse et gagnante. Évidemment. Les trois professionnels qu’un sponsor, originaire de Madagascar, bienveillant assiste durant leur périple dans l’Hexagone fondent comme neige au soleil. Foudroyés par les réactions en chaîne de Sarrio et Savin qui accumulent les unités. 2-4, puis 5-4, 9-4 à l’abord de la septième mène. La dernière. Sous le regard ébahi du petit millier de spectateurs qui en voulaient pour son « argent » et qui repartiront avec un goût d’inachevé.

Sonné, Taraka s’effondre au tir. Ce n’est pas le cas de Christophe « Carreau » Sarrio qui fait le plein. Deux frappes nettes et sans bavures. Deux éclairs qui contraignent Madagascar à sortir l’artillerie lourde. L’ultime arme pour ne pas plonger. Kaila s’élance au but. Sans grand espoir. Presque résigné. Et le miracle n’a pas lieu. Sarrio, Fournié et Savin serrent la main de leurs adversaires. Ils viennent d’inscrire une des plus belles de l’histoire du Bicbo en rejoignant le regretté Michel Ducarouge, associé à l’époque à Olivier Fourrier et Nicolas Mazzéo, lauréats en 89 et 90. « On espère faire mieux car nous donnons rendez-vous à tout le monde l’an prochain » promettait Christophe Sarrio, qui disputera ce week-end le mondial tête-à-tête.
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar