Alerte Infos

Portrait de Liva pour le Vendée Globe

Mercredi 31 Octobre 2012

Portrait de Liva pour le Vendée Globe
Au stylo, il "peint" les portraits des skippers... (source : ouest-france.fr)

Portrait

1975. Il fait ses premiers dessins, des bâtiments coloniaux.

1999. Il commence ses premiers dessins au stylo à bille.

2012. Il expose en ce moment au village du Vendée Globe.

Il commence toujours par une esquisse. Au crayon noir. « Et après, je remplis. » Dis comme ça, ça paraît plutôt simple. En fait, Liva peut passer des heures sur un dessin à « tresser » ces p'tits traits, comme autant de petits filaments qui viennent se croiser et s'entrecroiser. Un travail d'orfèvre. De dentellière. Le plus difficile ? Capter le regard. Saisir cette lumière tapie au fond de l'oeil. « Depuis deux ans, il a fait des progrès considérables », s'étonne son « parrain », André Virlouvet.

C'est lui et quelques amis qui ont découvert la talent de Liva à Madagascar. Et qui l'ont fait venir en Vendée, pour des salons, comme celui de la Peinturlure, chaque fin d'année au Poiré-sur-Vie. Mais si Liva est là en ce moment, c'est pour montrer ces portraits des skippers du Vendée Globe. Depuis quelques mois, il s'est entiché de ses drôles de marins. Il passe ses jours, parfois une partie de ses nuits, sur ces marins de l'extrême. À leur tirer le portrait.

Entre dessin « montmartrien » et fusain

Il les a tous croqués. Le portrait le plus compliqué à réaliser ? Peut-être celui de Samantha Davies, la « madone » des mers. Un visage trop lisse. Presque trop parfait. Sans traits saillants ou proéminence physique qui se détachent. Arnaud Boissières ou Bernard Stamm, « avec son nez un peu allongé », ont été plus faciles. « Quand je n'y arrive pas, je passe à autre chose, avant de revenir à mon sujet », raconte l'artiste malgache, avec son sourire d'éternel adolescent.

Le résultat ? Une collection assez unique et originale de portraits, entre dessin « montmartrien » et fusains. Et une palette qui appartient qu'à lui. Liva travaille en effet avec un Bic, noir de préférence, et une... lame de rasoir ! À l'origine, cette lame lui servait de « gomme », pour effacer les ratés de son Bic. Jusqu'à ce qu'il découvre qu'en grattant, il obtenait des effets inattendus et surprenants. Une technique bien à lui. Pour des portraits qui frappent par leur ressemblance et l'intensité des regards.

Comme celui de Bertrand de Broc. Quand elle a découvert la bobine de son mari, sa femme a été soufflée : « C'est le plus beau portrait jamais réalisé de mon mari. » Touché lui aussi par le portrait, De Broc a promis à Liva qu'il viendrait à Madagascar, dès que son tour du monde serait bouclé, pour présenter le film de son voyage en solitaire sur la planète bleue. Liva pourra lui faire découvrir son île et son école d'art.

Car si Liva s'est lancé dans cette galerie de portraits de ces marins de l'extrême, c'est aussi pour faire connaître sa petite école d'art de Madagascar, nichée dans la maison de Jean Laborde, un aventurier-naufragé du XIXe siècle. Et récupérer un peu de matériel pour ses élèves. Pour qu'ils apprennent à rêver le monde.

DL ; Philippe ECALLE
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar