Alerte Infos

Présidentielle : Rajoelina conditionne sa démission

Jeudi 23 Mai 2013

Présidentielle : Rajoelina conditionne sa démission
L'incertitude autour de la démission ou non de Andry Rajoelina, président de la Transition et candidat à la présidentielle, dimanche, complique une situation politique déjà complexe.


Démission­nera, démissionnera pas Andry Rajoelina, président de la Transition, entretient le flou sur sa décision de rendre ou non son tablier le 26 mai en évoquant des incertitudes sur la tenue du premier tour de la présidentielle le 24 juillet.

« Si nous pouvons garantir que l'élection (présiden­tielle) aura bel et bien lieu le 24 juillet, je respecterai le délai (de démission) de 60 jours », a déclaré l'homme fort de la Transition après la réunion organisée par le Comité pour la réconciliation nationale (CRM), le Comité de suivi et de mise en œuvre de la Feuille de route et des responsables des forces de l'ordre, avant de s'engouffrer dans sa voiture, hier en début de soirée, à Anosy.

Quelques minutes plus tôt, il ne cache pas son « doute » sur le respect du calendrier électoral juste après sa sortie de la salle de réunion. « La question qui se pose aujourd’hui est : est-ce que l’élection présidentielle se tiendra toujours le 24 juillet Je ne doute pas, c’est la réalité », lance-t-il. « La communauté internationale a pris une décision de suspendre le financement Est-ce que les élections vont se tenir C’est une question qu’il faut poser à la communauté internationale. Moi, personnellement, j’en doute fort. Vu l’allure où vont les choses, je pense, je doute, je me pose une question, est-ce que cela va se tenir », interroge-t-il.

Le président de la Transi­t­ion revient sur la cohérence des décisions des partenaires techniques et financiers. Il soulève les résolutions du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine qui le dissuadent de se porter candidat à la présidentielle à cause de sa participation à un changement anticonstitutionnel du pouvoir. « Il existe dix candidats qui se trouvent dans la même situation », avance-t-il. « Est-ce que tout cela conduira à la paix ou aux troubles C'est une question à poser à la communauté internationale », affirme-t-il.

Nouveau test

Le candidat à la présidentielle remet au goût du jour l'histoire de souveraineté et celle de la fierté nationale. « Nous, les Malgaches, devons prendre une décision, sans sortir de la Feuille de route », souligne-t-il avant de lâcher qu'il « a des solutions » qu'il compte soumettre plus tard.

Mais la position affichée par le président de la Transition risque de s'ajouter à la liste des questions complexes en suspens avant la tenue des élections. L'enjeu autour de la démission des candidats avant dimanche constitue un nouveau test sur la crédibilité et sur le bon déroulement des consultations populaires.

La réunion d'Anosy ne permet pas encore de dégager l'horizon électoral. L'absence de Lalao Ravalomanana et de Didier Ratsiraka au rendez-vous réduit sa portée. « Lalao Ravalomanana, qui avait affirmé avoir un rendez-vous à Mahajanga, avait promis d'envoyer des émissaires, ce qui n'est pas le cas. Didier Ratsiraka avait indiqué qu'il n'avait pas le temps de nous recevoir lorsqu'on l'approchait », déplore Sylvain Rabotoarison, président du CRM.

Les camps des deux anciens Présidents se montrent discrets sur leur position. Mais le président du CRM affiche sa détermination à poursuivre l'initiative, « en vue d’une prise de résolutions décisives au processus de sortie de crise », selon le communiqué conjoint de mardi. « La réunion va se poursuivre demain (pour aujourd'hui), et peut-être après-demain (pour demain). Nous devrons avoir des résolutions », indique-t-il.

Le prochain rendez-vous devrait se dérouler à Ampa­hibe, au ministère des Forces armées, aujourd'hui. À entendre Sylvain Rabotoarison, les organisateurs ne comptent pas encore élargir les discussions aux autres candidats. « Trois individus sont nommément cités dans le dossier. Et vous voyez qu'avec trois candidats, nous éprouvons des difficultés... », lâche celui qui avait émis la possibilité pour le gouvernement de financer le scrutin, au nom de la fierté nationale.

Iloniaina Alain / (source : lexpressmada.com)
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar