Alerte Infos

Présidentielle à Madagascar : Dix candidats remettent leur démission

Mardi 28 Mai 2013

Honoré Rakotomanana, juriste
Honoré Rakotomanana, juriste
La plupart des autorités politiques candidats à la Présidentielle ont déposé leur lettre de démission auprès de la CES, hier. Des exceptions ont cependant été relevées. (source : lexpressmada.com)

Démissions conditionnelles. Jusqu’à 17h30, hier, dix personnes sur les 14 concernées par l’obligation de démission de 60 jours ont déposé leur lettre de démission auprès de la Cour électorale spéciale (CES), à Ambohidahy, soit à titre personnel, soit par le biais de leur représentant. Certains des démissionnaires ont, néanmoins, conditionné leur renonciation.
« Tout candidat aux fonctions de premier Président de la quatrième République exerçant un mandat public est appelé à démissionner de sa fonction soixante jours avant la date du scrutin », précise la loi organique 2012-015, relative à l’élection présidentielle. Ce texte a, ainsi, été pris comme référence par la plupart des candidats faisant partie des instances du régime tran­sitoire.

Le délai de 60 jours pour la démission des candidats à la Présidentielle exerçant un mandat public a pris fin. Faharo Ratsimbalison, chef de région, Brigitte Rasamo­elina, membre du Conseil supérieur de la transition (CST) et Pierrot Rajaonarivelo, ministre des Affaires étrangères, ont été les premiers à avoir déposé leur lettre de renonciation auprès de la CES. Pour cette dernière journée, six prétendants à la magistrature suprême se sont succédé à Ambohidahy.

Edgard Razafindravahy, président de la Délégation spéciale de la ville d’Anta­nanarivo, les membres du CST Sylvain Rabetsa­roana, Alain Tehindraza­narivelo, Clément Ravalisaona et Roland Ratsiraka, vice-président du CST, Hajo Andrianainarivelo, vice-Premier ministre en charge de l’Aménagement du territoire et du développement, ainsi que Camille Vital, ambassadeur de Madagascar à Genève, Suisse, ont présenté leur démission à la CES. Si certaines abdications ont été faites sans conditions, d’autres ont été effectuées sous
« réserve » d’un report des élections.

Disqualification

Des candidats devant être régis par la loi organique 2012-015 n’ont pas présenté leur démission à la CES. Il s’agit du membre du CST Jean Lahiniriko et de Jean Eugène Voninahitsy, membre du Congrès de la transi­tion (CT). « Je ne suis pas soumis à la démission de 60 jours », a déclaré le membre du CT, se référant au décret pris en conseil de gouvernement le 16 avril 2013, précisant la classification des personnalités d’« autorités politiques », dont ne fait pas partie les membres du CST et du CT. « Tout candidat aux fonctions de premier Président de la quatrième République exerçant un mandat public est appelé à démissionner soixante jours avant la date du 24 juillet 2013 », souligne cependant l’article 10 de la décision numéro un de la CES, le 3 mai.

Comme le martèle Honoré Rakotomanana, juriste, toute personne élue ou désignée, faisant partie des institutions de la Transition, est considérée comme exerçant un mandat public. Sans sa décision du 3 mai, la CES se réfère à la loi organique 2012-015. Une certaine confusion semble s’être immiscée dans l’interprétation des textes par certains candidats à la Prési­den­tielle. Une confusion qui risque de leur coûter leur place à la course à la magistrature suprême. « Si les candidats qui doivent démissionner ne le font pas, ils peuvent être disqualifiés », a affirmé Honoré Rakoto­manana.

Lettre d’explication et de retrait

Andry Rajoelina, président de la Transition, le général Dolin Rasolosoa, président du CST et Tabera Randria­manantsoa, ministre de la Fonction publique, ont envoyé des émissaires auprès de la CES, hier. Contrairement aux autres candidats concernés par la démission de 60 jours, ils n’ont pas présenté leur démission.

Concernant le président du CST, les indiscrétions ont laissé entendre que le général aurait fait, dans sa lettre à la CES, une demande de retrait de sa candidature à la course à la Présidentielle. Une information qui n’a pu être vérifiée puisque l’intéressé n’a pu être contacté. Le ministre Randriamanantsoa a selon son fils, Christian Tabera, « fait part à la CES de son intention de ne pas démissionner à cause du fait qu’il n’y a pas encore d’assurance à la tenue des élections ».

Dans sa lettre adressée à la CES, le président de la Transition a également argumenté sur son refus de démissionner de son poste de Chef d’État. Selon un juriste anonyme « la HCC ne peut, en aucun cas, constater la vacance de poste tant qu'elle n'ait pas été saisie d'une lettre de démission de ce poste. Ainsi (...) la HCC ne peut nullement constater la vacance de la présidence de la Transition car Andry Rajoelina n'a pas déposé une lettre de démission de ce poste de président de la Transition ». Un principe qui pourrait s’appliquer au ministre de la Fonction publique.

D’après Honoré Rakotomanana, pourtant, « dès qu’une personnalité se porte candidat, il doit être traité sur le même pied d’égalité que les autres, c’est un principe général à valeur constitutionnelle ». Aussi, étant donné leur refus de démissionner, le président de la Transition et le ministre Randriamanantsoa devraient être disqualifiés de la course à la magistrature suprême. Dans le cas contraire, « en vertu du principe d’égalité des candidats », l’acceptation de la participation de ces candidats à la Présidentielle « pourrait avoir comme conséquence l’annulation des démissions déjà déposées », a expliqué Honoré Rakotomanana.

Kolorindra Garry Fabrice Ranaivoson
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar