Alerte Infos

"Qu’on nous rende nos enfants"

Lundi 11 Février 2013

Leurs enfants sont bloqués à Madagascar faute de visa. Ils dénoncent une situation "ubuesque" (photos V.B.)
Leurs enfants sont bloqués à Madagascar faute de visa. Ils dénoncent une situation "ubuesque" (photos V.B.)
Lu sur le net : Saint-Paul. Des enfants franco-malgaches se voient refuser un retour à la Réunion faute d’être reconnus par l’état-civil. Un collectif de parents, réuni hier à l’Eperon, en appelle à l’intervention des députés locaux pour débloquer leur situation.

"Nos enfants sont otages de l’administration française à Madagascar. C’est un scandale, une injustice". Daniel Janssen laisse éclater son indignation. Comme cet habitant de Petite-Île, une vingtaine de familles réunionnaises cherchent des explications à l’imbroglio administratif qui bloque leurs enfants à Madagascar. Impossible pour les enfants franco-malgaches nés à Tamatave entre 2007 et 2012 de circuler librement entre la France et la Grande Île. En cause ? Le consulat de France ne reconnaît pas leur acte de naissance, ce qui rend impossible la délivrance d’un passeport. "On nous parle d’un défaut de validité de l’acte de naissance, sans plus de détail", explique Mickaël Lauret, un habitant de l’Eperon, dont le fils Ti Jah, trois ans, est bloqué à Tana depuis deux ans.

Cet ancien volontaire du progrès, marié à Madagascar en 2008 - dont la situation a été évoquée par Le Quotidien - a rassemblé chez lui hier une vingtaine de personnes confrontées à la même galère. "Depuis la médiatisation de l’affaire, les gens n’arrêtent pas de se manifester. On a créé un collectif baptisé "Rend a nous nout’ zenfan" pour faire bouger les choses".

Laurent Payet, autre Saint-Paulois marié à une Malgache, n’est jamais rentré à la Réunion avec son fils de deux ans. "Ils refusent de nous donner le visa à cause du problème de transcription. Du coup, je ne vois mon fils que tous les deux mois".

Une centaine de lettres sans réponse

Benoît Huet, de Saint-Joseph, plus "chanceux", a obtenu un visa d’un mois pour son enfant Gwenael Ulrich. "C’est trop court, ça ne me convient pas du tout. Il faut que l’administration reconnaisse enfin son acte de naissance pour qu’on ait le choix de voyager ensemble quand on veut", explique cet employé du BTP.

Exaspéré par le mutisme du consulat français de Madagascar - "On a déjà envoyé une centaine de lettres recommandées sans aucune réponse" - le collectif de parents s’en remet aujourd’hui aux parlementaires locaux pour débloquer la situation. Mickaël Lauret a rencontré Huguette Bello qui s’est engagée à intervenir auprès du gouvernement. Il est également en contact avec les députés socialistes Jean-Jacques Vlody et Ericka Bareigts. Et sollicite l’intervention du député-maire de Saint-Joseph Patrick Lebreton. "On compte sur eux pour aller défendre notre cas en haut lieu", lance le papa de Ti Jah. Daniel Janssen n’en revient pas : "Refuser un passeport français à un enfant dont le parent est français, c’est ubuesque !".

V.B.
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar