Alerte Infos

Quatre étudiantes à Madagascar

Mercredi 30 Janvier 2013

Élodée Guédès et Émilie Duboc, deux des quatre étudiantes infirmières parties à Madagascar effectuer un stage à l'hôpital de Mahajanga
Élodée Guédès et Émilie Duboc, deux des quatre étudiantes infirmières parties à Madagascar effectuer un stage à l'hôpital de Mahajanga
Étudiantes infirmières en 3e année, Émilie Duboc, Élodée Guédès, Manon Forget et Julie Hollebecq reviennent d'un stage effectué au CHU de Mahajanga, à Madagascar. (source : lanouvellerepublique.fr)

« Nous voulions un pays africain, avec des besoins, mais aussi échanger sur les formations professionnelles, l'environnement culturel, le parcours de santé », dit Émilie. Leur destination arrêtée, les quatre jeunes femmes sont donc parties, prêtes à être confrontées à certaines réalités de terrain. Mais aussi, elles le reconnaissent, avec « quelques idées préconçues » sur ce qui les attendait. Les choses se révéleront bien différentes sur place. « Surtout extrêmement enrichissantes, d'un point de vue personnel comme professionnel. »

Chacune a travaillé dans un service en lien avec son projet professionnel envisagé : maternité, traumatologie, pédiatrie. « La notion de famille m'a le plus surprise, raconte Élodée. Quand l'un de ses membres est malade, toute la famille partage avec lui le mal-être. Il n'y a pas d'aide-soignant à l'hôpital, c'est donc elle qui prend la relève, donne à manger, nettoie s'il le faut. La famille gère cette intendance. » Pour des raisons financières, les malades attendent souvent (trop) longtemps avant de prendre la décision d'aller se faire soigner. Les étudiantes ont vu des personnes arriver à un stade très avancé de leur maladie. Certaines n'acceptent de rester hospitalisées que le minimum de temps. Élodée raconte : « J'ai un malade qui est reparti après une seule journée d'hospitalisation alors qu'il lui en fallait beaucoup plus. Il ne possédait pas suffisamment d'argent pour cela. Ce sont des situations qui interpellent, vous donnent l'envie de payer pour eux. »

Des différences de cultures à respecter

Une autre raison, liée à la culture malgache, explique aussi ce recours tardif aux soins. Pour la population locale, il est normal de consulter les anciens avant de se tourner vers d'autres pratiques. « Ce qui peut paraître incompréhensible dans notre culture, doit absolument être pris en compte, respecté si l'on veut s'intégrer et pouvoir apporter les soins nécessaires. Là-bas, nous avons dû nous adapter », explique Élodée. Différente encore, la prise en compte de la douleur. En France, le malade est sollicité pour connaître son degré de douleur. « Dans la culture malgache, on ne montre pas sa douleur. Par conséquent, personne n'y prête attention ! »

Cette expérience marquante a conduit les jeunes femmes à des changements de pratiques. « Qu'est-ce que nous jetons ! Cette facilité peut se comparer à du gaspillage. Nous faisons désormais beaucoup plus attention. »

Elle leur a permis également de faire le point sur leurs choix d'orientation. Certaines ont évolué. Pour Émilie par exemple, qui a souffert du climat. « Vouloir faire de l'humanitaire quand on risque d'être malade soi-même n'est pas une bonne idée. Je l'ai donc abandonnée. » Une volonté qui vous éloigne de votre propre famille, « il faut aussi pouvoir l'accepter », souligne Élodée. Pour elle, « cette expérience renforce mon choix de partir pour venir en aide à d'autres populations. »
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar