Alerte Infos

SEFAFI : « En finir avec la Transition »

Jeudi 27 Janvier 2011

Le Père Sylvain Urfer et Madeleine Ramaholimihaso font partie des fondateurs du SEFAFI
Le Père Sylvain Urfer et Madeleine Ramaholimihaso font partie des fondateurs du SEFAFI
L’Observatoire de la Vie Publique SEFAFI – Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena – se manifeste après quelques mois de silence.

Dans un communiqué intitulé « En finir avec la Transition », le SEFAFI effectue un bilan de la situation nationale actuelle, ses avancées et les menaces qui pèsent sur le pays. Trois points essentiels sont relevés par l’Observatoire, dans la démarche adoptée pour mettre fin, effectivement, à la Transition. Tout d’abord, la création de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), institution qui traduit la volonté de mener les élections et pour laquelle le SEFAFI recommande aux opposants de s’intégrer effectivement, car il reste des places vacantes. En second lieu, le communiqué indique la tenue du référendum et l’avènement de la Quatrième République , quoi qu’en disent les détracteurs du régime de transition, du texte adopté et du scrutin proprement dit. Cela constitue une réalité, et une avancée, note le SEFAFI. Enfin, la constitution du Parlement de la Transition , à travers le Congrès et le Conseil Supérieur, est le troisième point favorable noté par l’Observatoire.

Toutefois, les pratiques négatives tendant à faire preuve de marchandage (avantages, indemnités) émanant de la classe politique comme des syndicats ou autres entités se prétendant de la société civile sont également soulignés par le SEFAFI. Nombre d’égoïstes, d’opportunistes et de profiteurs de tous bords en effet apparaissent actuellement, et c’est cela que le SEFAFI dénonce de façon véhémente. « Halte à la boulimie des politiciens » s’exclame l’Observatoire. Concernant la période transitoire, propice effectivement à toutes les exactions et autres malversations, le communiqué relève l’année 2010 comme ayant été celle des annonces de scrutin jamais tenus, excepté le référendum du 17 novembre 2010. Le SEFAFI indique que « les blocages viennent de tous les politiciens, qu’ils soient au pouvoir ou dans l’opposition ». Face aux démarches en cours actuellement pour le partage des institutions, et pour une approche réaliste, « le SEFAFI propose alors de renoncer au mythe de l’unanimité, et de reconnaître que les opinions sont diverses et parfois inconciliables ». L’Observatoire conclut que ceux qui ne sont pas d’accord avec le pouvoir actuel peuvent s’appuyer sur l’article 14 de la Constitution et s’ériger en opposition, reconnue par ces dispositions. A noter que le Père Sylvain Urfer et Madeleine Ramaholimihaso font partie des fondateurs du SEFAFI.
G. Ravelomanantsoa

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar