Alerte Infos

SITRAM : 270 parts sur 2 450 aux époux Razafimahaleo

Lundi 18 Juillet 2011

ECOPRIM et SITRAM ont été vendues et payées régulièrement...
ECOPRIM et SITRAM ont été vendues et payées régulièrement...
L’affaire ECOPRIM et SITRAM, les deux sociétés cédées par feu Herizo Razafimahaleo et son épouse Lantosoa Rabezanahary à Edgard Razafindravahy, constitue simplement une campagne de dénigrement contre ce dernier.

En ce qui concerne expressément la SITRAM, les époux Razafimahaleo, en effet, ont obtenu régulièrement le paiement des 2 180 parts d’actions qu’ils y détenaient. En vertu du procès-verbal (PV) de l’assemblée générale des associés, en date du 27 mai 2002, ces derniers ont adopté quatre résolutions.

La première consiste à approuver la cession des parts sociales, à raison de 1 091 parts de feu Herizo Razafimahaleo, pour une valeur de 1 091 000 000 Fmg (soit 218,2 millions Ar actuellement) et de 1 089 parts de Lantosoa Rabezanahary (1 089 000 000 Fmg ou 217,8millions Ar). L’acquéreur en est la Société REI 2RI SARL sise sur la digue (le silo de Kobama) appartenant à Edgard Razafindravahy.

La seconde résolution précise la nouvelle répartition des actions, à savoir 2 180 parts à la Société REI 2RI SARL, 135 parts à feu Herizo Razafimahaleo et 135 parts à Lantosoa Rabezanahary.

La troisième et la quatrième résolution concernent les démarches administratives pour la concrétisation des résolutions précédentes, confiées expressément à (feu) Herizo Razafimahaleo. Quant au paiement, selon les indications d’Edgard Razafindravahy à la Radio Antsiva, il a commencé le 18 juillet 2002 pour s’achever fin avril 2007.

Durant cette période, la gestion de SITRAM et d’ECOPRIM a déjà été effectuée par Edgard Razafindravahy. L’enregistrement au registre du commerce, selon la troisième résolution de ce PV a visiblement connu un retard. En effet, la démarche n’a eu lieu qu’après une lettre formelle d’Herizo Razafimahaleo adressée au Cabinet de Gérard Catein de le faire.

En tout état de cause, l’action judiciaire menée par Lantosoa Rabezanahary actuellement, assortie de dénigrement par la journaliste de la station radio Free FM, n’ont donc aucun fondement juridique. Ainsi que l’a réitéré maintes fois Edgard Razafindravahy, il fait confiance à la Justice malgache pour la suite à donner à cette requête.

Vola Rasoamanana

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar