Alerte Infos

Savaravina : une émission tv qui soulève des questions

Vendredi 11 Mars 2011

Savaravina : une émission tv qui soulève des questions
La surprise était pour les téléspectateurs de la Télévision nationale dimanche, sitôt après la diffusion de la déclaration du Président Andry Rajoelina.

En effet, si la Radio nationale malgache produit régulièrement son émission hebdomadaire
« Savaravina » tous les dimanches, celle-ci a été filmée et diffusée également à la télévision dimanche dernier. Le Ministre Nadine Ramaroson se trouvait sur le plateau, entouré de plusieurs personnes, habitants des bas quartiers de la Capitale dit-on. Le premier réflexe a été de rechercher le représentant éventuel de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Mais il n’y avait personne. La raison de cette « omission » est apparue par la suite, la plupart des discours, versant dans un populisme parfois désastreux, consistaient à se plaindre des conditions de vie dans les quartiers dits « bas », car situés dans la plaine d’Antananarivo. Les inondations, la pauvreté, le manque d’hygiène, et le comble, la manipulation des habitants par les politiciens durant les propagandes électorales. Loin de nous l’idée de condamner l’accès à la TV ou à la radio de la population de la plaine, mais la manipulation était flagrante. La question des marchands ambulants (voir notre édition du 8 mars) a été abordée vigoureusement, en désignant la Commune Urbaine d’Antananarivo comme des forces de répression. « Nous les gens des bas quartiers, nous ne pouvons pas vendre dans la rue, alors que la vie est difficile, déclarait une représentante ( ?) des marchands en bord de route ». Objectivement, il est vrai que certains éléments de la Police des Marchés usent de force pour saisir les marchandises de ces marchands à la sauvette. Mais le principe de l’assainissement fait l’unanimité des habitants de la Capitale et des personnes qui y circulent. Les attroupements informels de ces gens favorisent l’insécurité, les pickpockets se réfugiant derrière eux, au milieu d’eux. De plus, lorsque les rues sont encombrées, la circulation automobile est ralentie, voire immobilisée, ce qui constitue un autre facteur d’insécurité, et une perte en termes de gestion de temps. Mais une vraie question se pose, que souhaite t-on réellement pour la Capitale? Veut-on se donner les moyens d'avoir une ville propre, agréable, fonctionnelle ou non? Et par ailleurs, a t-on les moyens de nos ambitions?

Lorsqu’on effectue les recoupements, les altercations contre la Police des Marchés samedi, puis lundi, et l’émission télévisée sont des faits liés. Ce que l'on constate tout de même c'est qu' il a été prouvé que les marchands ambulants ne proviennent pas de la plaine d’Antananarivo – en tout cas pas en exclusivité comme voulait le faire croire l’émission. Durant l’intérim de Michelle Ratsivalaka à la CUA, elle avait déjà relevé et annoncé publiquement que ces personnes résident dans les communes aux alentours du centre ville, viennent le matin pour y vendre leurs articles, et repartent le soir. CQFD.
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar