Alerte Infos

Suite du procès de la veuve malgache Diane Mistler : l'accusé face à ses contradictions

Samedi 20 Octobre 2012

Diane Mistler, accusée avec Frantz Diguelman d'avoir assassiné son mari
Diane Mistler, accusée avec Frantz Diguelman d'avoir assassiné son mari
Diane Mistler, accusée avec Frantz Diguelman d'avoir assassiné son mari, livrera sa version des faits, lundi. (source : lefigaro.fr)

Envoyé spécial à Perpignan

Un vent à décorner les bœufs souffle sur Perpignan. À l'intérieur de la cour d'assises, devant laquelle comparaissent Frantz Diguelman et son ancienne maîtresse Diane Mistler pour le meurtre de l'époux de cette dernière, une autre bourrasque balaie les certitudes.

Frantz Diguelman est au micro et raconte pourquoi il a, selon lui, tué son rival. Il s'exprime clairement et posément, avec une apparente sincérité. Comme un drogué repenti, il explique comment il est devenu dépendant de Diane Mitsler, qui tenait un commerce voisin du bar où il travaillait. Ils ne sont encore qu'amis quand il la voit avec une minerve. «Je suis tombée dans l'escalier», élude-t-elle. Un peu plus tard, elle lui fixe un rendez-vous discret et lui révèle que son mari la bat. Leur amitié se renforce. Ils passent une nuit platonique dans un hôtel où elle se réfugie sous sa protection pour fuir le tyran domestique. Puis une nuit charnelle. Ces retrouvailles adultères - M. Diguelman est également marié - se ritualisent: le mardi, c'est le jour de l'amour. Du moins pour lui.

«Tu dis que tu m'aimes mais tu ne fais rien!»
Peu à peu, sa maîtresse lui apprend que son mari la livre à d'autres hommes, des sauvages. Elle engage, dit-elle, une procédure de divorce, mais il la contrecarre. «Un jour, poursuit l'accusé, elle m'a dit qu'elle était enceinte de moi et qu'elle ne pouvait pas garder l'enfant». Il est question d'un voyage à Madagascar, dont Diane est originaire, mais il est remplacé au dernier moment par des vacances en famille à la Réunion qui ne concernent évidemment pas M. Diguelman. Les récits de viols se succèdent. Elle tente de tuer le pervers avec un poison malgache, suggère à l'amant, qu'elle humilie et cajole alternativement, de rosser le mari, puis de le faire tuer par un professionnel et, enfin, de le tuer lui-même. «Tu dis que tu m'aimes mais tu ne fais rien!, crie-t-elle. Il faut se débarrasser de ce vieux c…». D'abord il ne la prend pas au sérieux. Ensuite, il fait de la résistance. Mais il est trop épris. Accro. Finalement, elle imagine l'assassinat sur le parking du club échangiste, ordonnant à M. Diguelman d'acheter un fusil-harpon. Elle croque un plan des lieux. Le tueur amateur exécute le contrat au harpon et au couteau. Sa victime, qui le reconnaît, crie «Arrête, Frantz!», mais trop tard.

À cet instant, les jeux semblent faits. Mais le vent tourne avec les questions du président Joël Mocaer, impressionnant de flegme et de maîtrise. «Avec elle j'étais naïf», se défend l'accusé, qui perd pied.

Le président: «Avez-vous vu Paul Mistler frapper sa femme?»

Frantz Diguelman: «Non»

- Vous avez déclaré le contraire.

- C'était faux.

- Sur le plan dessiné par elle, d'après vous, on n'a retrouvé que vos empreintes…

- Pas étonnant, il était dans ma chambre.

- Vous parlez d'un tueur à gages corse à Diane: ce n'est pas très prudent pour quelqu'un qui ne veut pas tremper dans un crime.

- Il était rigolo, ce Corse…

- Vous dites que vous avez vu Diane saupoudrer l'assiette de son mari avec du poison dans votre brasserie: ce n'est pas très discret.

- Ça m'a étonné, c'est vrai.

- Une fois acheté, où se trouvait le fusil-harpon?

- Dans le coffre de ma voiture.

- Pourquoi Diane vous demande-t-elle de l'acheter? Vous aviez déclaré qu'elle vous avait ordonné d'utiliser un couteau?»

Puis, le magistrat lit des courriers écrits par l'accusé depuis sa cellule à l'attention de Diane Mistler. Des lettres d'amour dans lesquelles, pas une fois, il ne fait allusion à sa prétendue complicité. Bien au contraire. Le ton change en octobre 2007 - le crime date du mois d'avril. Là, M. Diguelman découvre la vérité sur la vie de Diane, une libertine collectionneuse d'amants qui ne l'a jamais aimé. Il rectifie sa position: elle l'aurait manipulé pour l'amener à tuer son mari. Puis, en décembre, il monte d'un cran: elle lui aurait ordonné de tuer Paul Mistler. C'est très évolutif. Surtout, dans une autre missive, il exige d'elle une correspondance nourrie et 250€ de mandat par mois en échange de son silence. C'est à présent Me Dupond-Moretti qui est la manœuvre et anéantit la bonne impression produite il y a peu par l'accusé qui se tient debout, livide, pétrifié, sonné, le micro serré dans la main posée sur la rambarde du box. Cruel, l'avocat, qui défend Diane Mistler avec Mes Delran et Phung, lit: «Réfléchis, tu peux tout perdre, ta liberté et ton fils».

Après cela, Me Simon Cohen, défenseur de Frantz Diguelman avec Mes Christol père et fille, tente de sauver les meubles par le jeu de questions un peu téléphonées. En dépit de son talent, il rame contre l'aquilon de Me Dupond-Moretti, et, ce vendredi, sa belle voix de basse ne couvre pas les silences de son client.

Lundi, Diane Mistler livrera sa version des faits. Le vent peut encore changer de direction.

Stéphane Durand-Souffland

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar