Alerte Infos

Thalassa : cap sur Madagascar

Vendredi 27 Juillet 2012

La baie de Diégo Suarez
La baie de Diégo Suarez
Ce soir à 20h35 sur France 3 : “Thalassa” fait escale à Madagascar, cette île séparée de l’Afrique par le canal de Mozambique. (source : teleobs.nouvelobs.com)

Découverte de la magnifique baie de Diégo Suarez et de l’aquaculture de crevettes, portrait des rois des îles Radama, évocation de la mystérieuse république pirate Libertalia : de multiples et étonnantes facettes de Madagascar se dessinent au gré des six reportages.

Le plus long des films dresse le bilan contrasté de l’implantation à Fort-Dauphin de la compagnie QMM qui exploite la plus grande mine au monde d’ilménite, un oxyde minéral de fer et de titane. En créant des emplois, une route, un port en eaux profondes, la multinationale a bouleversé la petite ville du sud malgache.

Pour ceux qui y travaillent ou vivent à proximité, QMM est une bénédiction. Les villageois ayant vendu leurs terres à vil prix ou les pêcheurs de langoustes contraints de changer de zones de travail sont, eux, plus amers… Le plus surprenant de ces reportages retrace l’histoire du bagne de Nosy Lava. Créée sur un îlot en 1911 par les Français, cette “maison de force” remplit ses fonctions répressives jusqu’aux années 1980. La faillite du régime socialiste entraîne alors son abandon progressif. Paradoxe : le pénitencier continue à recevoir des condamnés que l’administration ne prend plus en charge… Au directeur de se débrouiller : il libère en journée les prisonniers afin qu’ils se procurent eux-mêmes leur nourriture !

En 1998, un documentaire révèle l’existence de ces oubliés et leur quotidien sordide. “Les Damnés de la terre” suscitent un tel retentissement que l’Etat se voit contraint de gracier les bagnards, dont certains, condamnés à des peines de six ou douze mois sous la domination française, ont passé plusieurs décennies à Nosy Lava, victimes de la relégation, cette loi coloniale jamais abrogée… Onze ans après la fermeture du bagne, neuf hommes errent encore dans ses ruines car ils n’ont jamais été officiellement libérés et on leur a interdit de quitter l’île ! Ils survivent en pêchant et en cultivant un peu de manioc. Ils ouvrent aux caméras de « Thalassa » les portes de leur ancien enfer et évoquent les privations, les coups, la torture… Et la terrible injustice de leur sort.

Isabelle Pia

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar