Alerte Infos

Thionville : il met de l’eau et un peu de lumière dans la vie des autres

Dimanche 12 Avril 2015

L’eau et l’électricité pour toute une communauté villageoise malgache où les difficultés liées à l’absence de ces deux ressources entravent sévèrement le développement pour l’heure. / www.madaplus.info
L’eau et l’électricité pour toute une communauté villageoise malgache où les difficultés liées à l’absence de ces deux ressources entravent sévèrement le développement pour l’heure. / www.madaplus.info
Cadre à la centrale de Cattenom, A. Schweitzer est aussi l’un des 1 200 bénévoles qui s’investissent dans le monde entier au service des autres au sein d’Électriciens sans frontières. Après le Burkina Faso, il œuvre à Madagascar.

Armand Schweitzer est électricien. Électricien sans frontières même. La plupart du temps, ce Nord Mosellan de 60 ans est "appui à la mission relations industrielles" pour la centrale nucléaire de Cattenom.

Mais quelques semaines par an, il met un peu de lumière, au sens propre, dans la vie de populations éloignées au Burkina Faso ou à Madagascar. Il contribue aussi à faciliter leur accès à l’eau.
Une envie ancienne, concrétisée depuis 2008 : « J’ai adopté ma fille à Madagascar il y a 24 ans maintenant. Et je m’étais toujours dit que, d’une façon ou d’une autre, je rendrais à l’Afrique une partie du bonheur qu’elle m’a donné. Électriciens sans frontières (ESF) est une ONG qui correspond parfaitement à ma philosophie du développement », explique Armand Schweitzer.

Une philosophie qui a déjà séduit quelque 1 200 bénévoles et propose d’aller à l’essentiel : permettre l’électrification, l’accès à l’eau. Une philosophie qui, surtout, implique les populations dans la réalisatio et la gestion des projets qui les concernent.

Au Burkina Faso, où il est d’abord intervenu, le Mosellan a trouvé la confirmation du sens de ce qu’il avait entrepris : « Là-bas, un responsable local m’a dit une fois "Ici, nous buvons 90 % de nos maladies". Un constat terrible mais qui donne puissamment envie de faire quelque chose, croyez-moi ».
« Ici, nous buvons 90 % de nos maladies »

Agir, c’est en l’espèce remplacer les puits traditionnels, souvent peu fiables, par des forages : « Nous allons chercher l’eau à plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Ainsi, elle est de bien meilleure qualité et les points d’approvisionnement sont plus durables », explique encore le technicien.

Ce dernier se rendra prochainement dans le village d’Andavampanina à Madagascar pour réaliser avec Joseph Cuccoux, autre membre d’ESF, une installation de ce type. Un projet mené à la demande et en partenariat avec l’association Andao Ary, « Allons-y » en malgache, de Maizières-lès-Metz.

Après la mission d’étude hydrogéologie à laquelle il a participé l’an passé, Armand Schweitzer met actuellement la dernière main au dossier technique qu’il devra bientôt défendre devant le comité de sélection national d’ESF. Car au sein de l’ONG, rien n’est laissé au hasard : « Tout doit être planifié, prévu, financé au préalable. Et une fois sur place, nous rendons compte quasiment au jour le jour de l’état d’avancement du chantier. », confirme le sexagénaire.

Une démarche exigeante au bout de laquelle se trouve une réalisation qui révolutionnera la vie des habitants d’Andavampanina. Comme le fera la lumière installée dans l’école du village ou encore au centre de soins et à l’orphelinat tout proches. Cet aspect du chantier constitue l’autre volet d’un projet de développement dont la communauté locale devra assurer la gestion après livraison (lire ci-dessous) : « L’idée est de créer des structures pérennes : nous mettons en place des panneaux solaires de qualité, pour limiter la maintenance, et nous ne sommes pas trop gourmands en matière de points lumineux : l’installation comprend les quelques ampoules « basse consommation » nécessaires seulement. Dans une optique de développement durable et afin que le remplacement des consommables (batteries, ampoules, etc.) puisse être assuré.Enfin, nous utilisons les matériels disponibles sur place et donnons la priorité aux entreprises locales pour la réalisation des travaux. »
De quoi compléter l’action sanitaire et sociale d’un "plus" économique appréciable.

Source : republicain-lorrain.fr
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar