Alerte Infos

Trafic d’Artane de Madagascar : 32 mois de prison pour le cerveau

Lundi 21 Mai 2012

Trafic d’Artane de Madagascar : 32 mois de prison pour le cerveau
Longtemps recherché par la police pour répondre d’un trafic d’Artane qu’il dirigeait depuis Madagascar, le Dionysien Jean-Pierre Toulcanon, 53 ans, avait été arrêté à Fianarantsoa en septembre 2011. Extradé en septembre, il a été condamné hier à 32 mois de prison ferme. (source : clicanoo.re)

SAINT-DENIS

Longtemps, l’ancien restaurateur dionysien de 52 ans a fait courir les forces de l’ordre. Déjà impliqué dans une affaire d’importation de 11 000 cachets d’Artane en 2009, Jean-Pierre Toulcanon avait bravé les interdits de son placement sous contrôle judiciaire et pris la fuite pour s’établir à Madagascar.

Et tandis qu’il est condamné, en son absence, à deux ans de prison ferme, l’homme se met au cœur d’une nouvelle affaire dans laquelle une partie de sa famille va se retrouver impliquée. Le 30 octobre 2010, à l’arrivée à Gillot d’un vol en provenance de Tana, une jeune fille de 15 ans, qui n’est autre que la fille de Jean-Pierre Toulcanon, voyage en compagnie de son cousin, le fils du frère de Jean-Pierre. Intrigués par le court séjour des deux jeunes gens à Madagascar, les services des Douanes appréhendent les voyageurs ainsi que leur comité d’accueil à Roland-Garros : la mère de la jeune fille et l’oncle Charles-André, dit Dédé. Dans les bagages de l’adolescente, 15 000 cachets d’Artane d’une valeur à la revente supérieure à 100 000 euros.

RAVAGES DE "L’ECSTASY DU PAUVRE"

Rapidement, les enquêteurs de la police comprennent que la fille n’était qu’une simple mule et que sa mère n’était au courant de rien. Elles sont mises hors de cause. En revanche, leurs soupçons s’attardent sur « Dédé », son fils Jean-Louis Longin, ainsi que sur Jean-Pierre Toulcanon, déjà connu de leurs services. Alors que ses deux complices présumés sont mis en examen, Jean-Pierre Toulcanon fait l’objet d’une fiche de recherche internationale. Et c’est en juin 2011, à Finanarantsoa sur les hauts plateaux malgaches, qu’il est finalement arrêté et écroué par la police locale, avant d’être extradé trois mois plus tard.

Durant toute l’instruction, l’homme va nier l’intégralité des faits, disant « ne pas comprendre » pourquoi sa fille et son neveu avaient fait le trajet chargés d’Artane. Peur du bâton ou remords, Jean-Pierre Toulcanon va finalement surprendre tout le monde hier à la barre du tribunal correctionnel, reconnaissant l’intégralité des faits d’importation de marchandises prohibées. « C’est bien moi qui étais derrière tout cela, je ne saurais en dire plus », confesse le quinquagénaire, désormais pourvu d’une barbe de vieux sage, et qui regrette sans doute d’avoir mêlé sa fille à tout cela. Également présent à la barre, son frère Dédé assure toujours qu’il n’était « au courant de rien » et qu’il était à l’aéroport par hasard. Quant au rôle tenu par son fils Jean-Louis Longin, avec qui il n’a plus que « de rares contacts », il ne saurait l’expliquer. Mais l’absence, hier au tribunal, de ce dernier, n’a pas joué en sa faveur.

158 000 euros d’amende

Rappelant « les ravages causés par l’Artane, cet ecstasy du pauvre, dans la société réunionnaise, autant pour ceux qui le consomment que ceux qui subissent l’effet causé par ces médicaments », la vice-procureur Marie-Pierre Attali requiert contre Toulcanon trois ans de prison ferme, un an avec sursis contre Dédé, et un an ferme avec mandat d’arrêt contre l’absent Longin.

Quant aux Douanes, elles réclament solidairement aux trois mis en cause le paiement d’une amende de 158 739 euros, correspondant à une fois et demie la valeur de ces substances vénéneuses sur le marché de la drogue.

En défense de Jean-Pierre Toulcanon, Me Laurent Payen note que son client « a reconnu les faits avec sincérité, ce qui démontre une démarche de compréhension. Il n’est pas fier d’avoir impliqué sa fille, et il assume aujourd’hui ses actes. » Une attitude qui lui vaut une peine plus clémente du tribunal, qui le condamne à 32 mois de prison ferme. Malgré ses dénégations, son frère Dédé écope pour sa part d’un an avec sursis. Quant à Jean-Louis Longin, avec un an de prison ferme et un mandat d’arrêt sur le dos, c’est désormais à son tour d’être considéré en cavale. Comme jadis son tonton

Compte rendu d’audience Sébastien Gignoux

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar