Alerte Infos

Trafic de voitures volées - La Réunion - Madagascar : le cerveau présumé reste en prison

Jeudi 13 Septembre 2012

Trafic de voitures volées - La Réunion - Madagascar : le cerveau présumé reste en prison
Sakia Mahamad Abdallah réclamait hier sa remise en liberté sous contrôle judiciaire face aux magistrats de la chambre de l’instruction. (source : clicanoo.re)

Cette Dionysienne d’une quarantaine d’années avait été placée en détention provisoire en mai dernier, après avoir été mise en examen par le juge Flavien Noailles pour vol et recel en bande organisée. Elle est soupçonnée d’avoir commandité une série de cambriolages et de vols de voitures dans l’Est de l’île, entre Saint-Benoît et Sainte-Suzanne. Les différents butins étaient destinés à être revendus à Madagascar. Tout était envoyé par conteneurs grâce à son frère, mis en examen comme elle.

L’enquête a permis de déterminer que sept conteneurs ont été envoyés vers la Grande île entre novembre 2010 et février 2012. Un trafic des plus lucratifs, défend le substitut général Bruno Badré. "Quand on est capable de payer 15 800 euros pour le transit, c’est que ça devait rapporter beaucoup plus !", a lancé le représentant du ministère public durant l’audience qui s’est tenue hier. Dans le dossier d’enquête, il est également fait mention de l’acquisition de seize véhicules entre juin 2011 et février 2012.

Pour Bruno Badré, il ne fait aucun doute que Sakia Mahamad Abdallah était à la tête du réseau. D’ailleurs, aucun des différents escrocs ne connaissait les autres, selon le magistrat. La quadragénaire aurait notamment échangé pas moins de 400 appels téléphoniques avec l’un des complices.

Sept conteneurs envoyés à Madagascar

A côté des vols, du matériel électroménager a également été acheté dans des enseignes telles que les magasins But, à l’aide de chèques sans provision. Le juge Noailles n’avait pas hésité à se rendre à Madagascar pour remonter la filière et était tombé sur un proche de Sakia Mahamad Abdallah, chez qui une partie des objets était stockée. Notamment cette télévision dernier cri "achetée" à 1 500 euros, facture à l’appui, et revendue par la suite pour 1 000 euros… "C’est bizarre de vendre à perte", ironise le substitut général. "Non, c’est une pratique qu’on retrouve assez régulièrement", assure de son côté l’avocat de la défense, Me Marius Rakotonira.

Escortée par plusieurs policiers, Sakia Mahamad Abdallah dit reconnaître ses torts. Enfin presque. Quand on évoque, la présence de véhicules volés - une BMW série 3 ainsi qu’un véhicule Nissan - dans l’un des conteneurs, celle-ci assure qu’elle n’était pas au courant de leur origine frauduleuse. Pour le reste, elle continue de nier. Bruno Badré requiert son maintien en détention. Selon le magistrat, il y a toujours un risque de pression sur les autres protagonistes de l’affaire, sans compter que Sakia Mahamad Abdallah pourrait bien être tentée de quitter l’île en douce si elle était à nouveau libre.

"Si vraiment ma cliente avait voulu se faire de l’argent, elle se serait lancée dans le trafic d’armes où il y a une réelle demande", a plaidé Me Marius Rakotonirina. Après délibéré, le président Olivier Froment a prononcé le maintien en détention Sakia Mahamad Abdallah

H.A.

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar