Alerte Infos

Trois jeunes danseurs malgaches en terre bretonne

Vendredi 17 Juillet 2015

Trois jeunes Malgaches sont arrivés, dimanche à Quimper, pour partager avec les membres de l'association Hip Hop New School autour de la danse urbaine. Rencontre avec ces jeunes danseurs en totale immersion dans la culture urbaine... et bretonne.

De timides sourires et des yeux ronds se dessinent sur leur visage. Comme impressionnés par ce qui les entoure, Jordy, 19 ans, Alda, 20 ans, et Brunette, 25 ans, découvrent avec étonnement les différents commerces du marché de Pont-l'Abbé. « Savons de Marseille, fraises, kiwis, nectarines... c'est la première fois qu'ils voient tous ces produits », explique Katel, membre de l'association Hip Hop New School qui accueille les trois Malgaches pendant trois semaines (du 10 juillet au 2 août).

Un calme impressionnant

Et, pour eux, le changement est tout de suite visible. « Ce qui m'impressionne ici, c'est l'ordre et le calme qui règnent sur ce marché et en ville. Chez nous, les tsena et les bazars (marchés locaux) sont serrés, désordonnés et les poules courent d'un stand à l'autre », observe Brunette. « Et toute cette nourriture sucrée, c'est fou », ajoute Jordy, habitué à la nourriture salée de l'île Rouge.

Ces trois jeunes Malgaches, originaires de la ville de Diego Suarez, dans le nord de l'île, sont en échange culturel dans le Finistère pour découvrir la culture urbaine (musique, danse, graff...) mais aussi bretonne (danse bretonne, crêpes, phare d'Eckmühl...). « L'an dernier, nous sommes allés à Diego Suarez et nous y avons partagé plus que de simples figures de hip-hop. Nous sommes restés liés et nous avons voulu renouveler l'expérience dans le sens inverse », raconte Katel.

Des danseurs touche-à-tout

Pour Alda et Jordy, c'est le premier voyage hors de Madagascar. Brunette, elle, a déjà pu visiter Mayotte et la Réunion. À 25 ans, elle est déjà une danseuse confirmée et participe à de nombreux battles et clips musicaux malgaches. Jordy souhaite également en faire son métier. Pour Alda, la danse n'est qu'un plaisir. Elle espère davantage devenir médecin et étudie en ce sens à l'université.

Pour la compétition ou pour le plaisir, les trois danseurs sont des touche-à-tout. Hip-hop, breakdance, dancehall ou salegy (danse malgache), rien n'arrête ces passionnés qui ont découvert ces danses grâce aux films et aux vidéos sur le net. « En France, les entraînements ne durent que deux à trois heures. Chez nous, après l'école, on danse six heures non-stop », rigole Jordy. Pour son métier de danseuse, Brunette doit régulièrement se rendre à Tananarive, la capitale malgache située à 1.000 km de Diego Suarez. « Ça représente trois jours de route en voiture », explique la jeune graine de star.

Hier, lors de la journée malgache organisée par le conseil départemental, sur l'esplanade Mitterrand, à Quimper, de 14 h à 17 h 30, les Malgaches ont dansé au rythme de la salegy en tenue traditionnelle (à 15 h). Avant d'enchaîner par de la danse urbaine en compagnie des danseurs de l'association (à 15 h 30).

Source : letelegramme.fr
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar