Alerte Infos

« Tsena Mora » : après la carte bleue, le carnet d’approvisionnement...

Lundi 30 Mai 2011

A Ankorondrano, des enfants jouent devant l’entrée du Tsena Mora ...
A Ankorondrano, des enfants jouent devant l’entrée du Tsena Mora ...
Une réforme s’est opérée au niveau de la gestion des « Tsena Mora », ces magasins de vente de produits de première nécessité (PPN) à prix modique.

Le prix du riz, à plus de 1 400 Ar avait justifié l’achat de « Vary Mora »...
Le prix du riz, à plus de 1 400 Ar avait justifié l’achat de « Vary Mora »...
Au départ, les populations malgaches nécessiteuses des quartiers ciblés devaient se munir de leur carte de fokontany, ce document attestant leur appartenance au quartier. Au début du mois de mai, les responsables de la gestion des « Tsena Mora » ont décidé d’appliquer la carte bleue, destinée à une population mieux sélectionnée. En effet, des abus perpétrés par des personnes sans scrupules avaient été fortement décriés, car cela privait les véritables bénéficiaires des « Tsena Mora » des denrées leur étant destinées.

De plus, l’utilisation de la carte bleue devait permettre aux personnes âgées, de s’approvisionner dans les « Tsena Mora », notamment les anciens combattants des événements de 1947, après leur demande explicite auprès d’Andry Rajoelina.

Selon Randrianarisoa Hery Aina, parmi les responsables des « Tsena Mora », la carte d’approvisionnement, mise en œuvre actuellement, s’avère plus efficace que tous les documents utilisés précédemment.

En effet, les cartes de fokontany n’étaient pas appropriées, leur destination première consistant à relever la contribution des habitants à la vie du quartier. La carte bleue non plus, apparemment, ne répondait pas aux besoins de contrôle recherché par les responsables des « Tsena Mora ».

Le carnet d’approvisionnement permet en effet de contrôler les denrées achetées ainsi que la date d’achat effectuée par chaque famille.

En ce qui concerne les denrées vendues, elles sont moins variées, il y a surtout du riz, de l’huile, du sucre a soutenu Randrianarisoa Hery Aina. Cependant les gens peuvent obtenir 5 kilos de riz, par rapport à 1 kilo auparavant.

Des difficultés d’approvisionnement des stocks expliquent par exemple que les cahiers ou le vinaigre ne figure plus parmi les marchandises, a noté ce responsable de « Tsena Mora ». De plus, il a rappelé que les magasins ne sont pas destinés à nourrir entièrement les bénéficiaires, en les rendant totalement dépendants de leurs articles.

« Ces denrées se présentent comme une aide sociale, a-t il relevé ». Pour l’heure, cette aide soutient environ 600 familles chaque semaine, a indiqué Randrianarisoa Hery Aina.

A noter que la vente dans les « Tsena Mora » s’effectue à Antananarivo les mercredis et samedis, le riz étant à 1 000 Ar le kilo, la boîte de lait également. Le « Vary Mora », importé du Pakistan, était vendu dans les épiceries à 900 Ar le kilo. Aujourd’hui, le prix du riz se stabilise autour des 1 100 Ar par kilo.

N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar