Alerte Infos

Un plan pour sauver les amphibiens de Madagascar

Lundi 15 Décembre 2014

Un Amphibien de Madagascar / www.madaplus.info
Un Amphibien de Madagascar / www.madaplus.info
Madagascar vient de se doter d’une nouvelle stratégie de conservation de sa riche faune en grenouilles pour les cinq prochaines années. Le plan, intitulé A Conservation Strategy for the Amphibians of Madagascar 2 (ACSAM2), sera officiellement présenté l’an prochain.

Son élaboration au cours d’un congrès international organisé du 18 au 22 novembre à Ranomafana Ifanadiana, dans le sud-est du pays, a réuni une soixantaine d’experts nationaux et étrangers.

Les chercheurs ont jusqu'ici identifié sur la Grande Ile plus de 500 espèces d’amphibiens, à 99,8 % endémiques.

Dix-sept espèces de grenouilles malgaches sont inscrites sur la Liste Rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), ce qui signifie qu'elles sont guettées par l’extinction.

"La mise en œuvre de l’ACSAM1 depuis 2008 a donné des résultats prometteurs, comme la création des centres d’élevage en captivité, dont la maîtrise est assez poussée. Mais certains des objectifs fixés n’ont pas été atteints", a déclaré à SciDev.Net Falitiana Rabemananjara, secrétaire exécutif de l’Amphibian Specialist Group Madagascar.

Destruction

Selon le chercheur, l’accélération de la destruction des écosystèmes durant la transition politique (2009-2014) a sérieusement sapé la précédente stratégie de conservation.

Entre-temps, la présence signalée au début de l’année des crapauds venimeux (Duttaphrynus melanostictus) dans la région de Toamasina, sur le littoral est, est apparue comme une menace potentielle pour les espèces locales.

Des experts australiens ont volé au secours de leurs pairs malgaches, en vue de la mise en œuvre du plan d’éradication.

Mais la prévention de la nouvelle maladie appelée chytride, qui a décimé les amphibiens dans plusieurs pays, demeure l’une des préoccupations majeures des conversationnistes à Madagascar.

"Le champignon n’est pas encore arrivé chez nous. Mais si c'était le cas, nous maîtrisons déjà les techniques d’élevage en captivité des espèces menacées pour éviter leur extinction", a expliqué Tsanta Rakotonanahary, vétérinaire au sein de la Durrell Wildlife Conservation Trust.

Cette organisation a initié depuis 2010 le système d’élevage en captivité des grenouilles malgaches et des sites d’importance sont en cours d’identification à cette fin.

Outre la conservation et la préservation de l’habitat naturel, la surveillance et la préservation du chytride, ainsi que l’éradication des crapauds venimeux, le renforcement des capacités locales et internationales par l’élevage en captivité des amphibiens figurent parmi les priorités pour les prochaines années.

En effet, les animaux élevés connaissent un certain nombre de difficultés une fois lâchés dans la nature.

Protection de l'environnement

Les amphibiens font partie des attractions incontournables de l’écotourisme, qui reste une source de devises de premier ordre pour le pays.

Indicateur-clé de la santé des ressources en eau, les grenouilles aident aussi les humains à éliminer les insectes nuisibles qui causent des maladies mortelles comme le paludisme.

Selon l’Unicef, Madagascar est le cinquième pays présentant les indicateurs les plus alarmants en ce qui concerne l’accès à l’eau potable, avec un taux d’accès de 48 % et est classé à la huitième place des pays les moins performants en termes d’assainissement amélioré.

La présence des amphibiens sera donc une garantie pour les acteurs de l’adduction d’eau potable quant à la disponibilité des sources à exploiter.

Mais la tendance observée sur le terrain est que les gens, par ignorance, s’évertuent à exterminer les espèces locales.

A Manakana Morarano Gare (MLA), dans la partie orientale des Hautes Terres malgaches, des résidents renseignent sur la raréfaction des grenouilles dans les marécages autour de leur village parce qu’elles y sont chassées et consommées sans modération.

"La conservation des amphibiens à Madagascar est confrontée à d’innombrables défis. Elle requiert la pleine coopération entre le gouvernement et les organisations locales et internationales. Cette rencontre est une étape cruciale pour la consolidation des collaborations de façon à relever ensemble les défis", a souligné Jeff Dawson, Amphibian Programme Officer chez Durrell Wildlife Conservation Trust, lors du congrès international à Ranomafana.

Source : scidev.net
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar