Alerte Infos

Une belle histoire: Retraitée du conservatoire de Verviers après 30 ans de carrière, Elzbieta Dedek donne des concerts dans le monde et atterrit à Nosy Be

Vendredi 28 Novembre 2014

Immigrée de Pologne avec sa famille en 1960 (son père était déjà en Belgique depuis deux ans), Elzbieta Dedek a passé la majeure partie de sa carrière de professeure de piano au conservatoire de Verviers

«J’ai été engagée par Guy-Philippe Luypaerts, dont j’ai d’ailleurs joué les œuvres un peu partout dans le monde, principalement sa Fantaisie rythmique. J’ai aussi été la première à interpréter à l’étranger une œuvre – La Rêverie -, de l’actuel directeur, Joseph Gilet, c’était à Montréal. J’ai fait connaître la musique verviétoise dans beaucoup de pays», sourit-elle.

Pendant plus de 30 ans, elle a mené de concert sa carrière académique et sa carrière de récitals, à laquelle elle se consacre désormais encore plus. En janvier prochain, elle s’envolera pour donner un récital à Mayotte, département français d’outre-mer de l’archipel des Comores. Dans l’océan Indien, qui semble devenir une nouvelle terre promise pour cette fille d’origine polonaise. Il y a un an, elle donnait le tout premier récital de piano de l’histoire de Nosy Be, l’île aux parfums (comme on l’appelle aussi) de Madagascar.

«Je me trouvais à Antatanarivo, où je jouais pour l’Alliance française. Au même moment, Alix Verhaegen, le petit-fils d’un ami, le cinéaste Étienne Verhaegen, qui avait ouvert le plus petit hôtel du monde dans l’île de Doany Beach, a découvert qu’un piano était acheminé de France vers Nosy Be, dans un hôtel paradisiaque.» Quelques coups de fil plus tard et Elzbieta Dedek enchantait l’île aux parfums du tout premier concert d’une longue série.

Car à peine nommée citoyenne d’honneur de Nosy Be, elle devenait aussi la marraine du «Festival de musique classique de l’océan indien», dont la première édition s’est tenue en septembre dernier. Avec évidemment d’autres virtuoses à l’affiche, et en présence de tout le gratin local et même de la capitale malgache, Antatanarivo, l’ancienne prof du conservatoire de Verviers y a donné des récitals, chaque soir, dans des hôtels, ainsi qu’au sommet du mont Passot, le point culminant de l’île, «un site magique, qui domine l’océan indien», sur lequel le soleil se couchait entre les envolées de Chopin, le compositeur fétiche d’Elzbieta Dedek.

C’était une semaine «de total éblouissement», s’émerveille-t-elle. «Il n’y a toujours qu’un seul piano à Nosy Be. Alors, avant le début du festival, il a été exposé sur la place centrale de l’île pour que tout le monde puisse venir voir et entendre un instrument que la plupart des habitants n’avaient jamais vu de leurs yeux. Les organisateurs du festival avaient même construit des tribunes pour accueillir les curieux.» Le rendez-vous est déjà pris pour la 2e édition, en septembre 2015, après bien d’autres concerts à travers le monde.

Source l'avenir.net
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar