A l'emporte pièce

A l'Emporte-Pièce : Duel à distance...

Dimanche 21 Novembre 2010

DUEL A DISTANCE

Compagnons de lutte pour contraindre Marc Ravalomanana à quitter le pouvoir, Andry Rajoelina et Monja Roindefo sont devenus des rivaux politiques. Samedi, l’un était dans le fief de l’autre. Avec un certain avantage pour Andry Rajoelina. Sur le terrain vague de la route digue, peu de gens avaient répondu à l’appel de Monja Roindefo alors que son adversaire a pu rameuter une foule compacte à Toliara. L’ancien Premier ministre se contente d’une déclaration à la presse où il « invite les Forces armées à prendre leurs responsabilités », la vielle, des rumeurs circulaient sur l’éventualité d’un coup d’Etat.


LA GRANDE ÎLE A PETIE PRIX

Tous les moyens sont permis pour faire revenir les touristes qui ont choisi d’autres destinations depuis le début de la crise politique. Par exemple, les promotions sur les coûts des voyages et les fractures dans les hôtels et restaurants. Voilà qu’un pack de 435 euros est proposé aux Réunionnais pour un séjour d’une semaine. Ils auront le choix entre sept destinations à découvrir. Filière flamboyante en 2008, le tourisme a été sinistré par le conflit politique national et la crise financière internationale. La reprise s’amorce avec optimisme.

AUX ABONNES ABSENTS

Les opposants vont certainement sauter sur le taux d’absence pour discréditer le référendum « unilatérale ». En attendant une tendance plus significative, beaucoup ont remarqué l’absence des politiciens considérés comme des alliés d’Andry Rajoelina. La liste n’est pas exhaustive mais on peut citer parmi les plus discrets durant la campagne pour le « OUI » ou la sensibilisation des citoyens Alain Andriamiseza. Une réticence sujette à toutes les interprétations.

FRAUDES ET FRONDES

Les manœuvres frauduleuses sur les scrutins sont parfois invisibles. Elles consistent à manipuler le subconscient ou l’inconscience des électeurs pour diriger leur choix. Par exemple, un candidat à la présidentielle avait préconisé que si les citoyens souhaitent l’élire, ils doivent mettre le bulletin, à son effigie, à l’endroit dans l’enveloppe. Si on le déteste, on met le bulletin à l’envers. Dans les deux cas, les candidats gagne des voix.

DE PLUS BEL EFFET

Ses détracteurs ont prédit la perte de popularité du président de la Transition Andry Rajoelina dans la capitale. Là même ou il avait battu à plate couture l’Etat-TIM en décembre 2007. Tout ce qu’il entreprend dans la capitale sera voué à l’échec. Ils ont recours à la manière forte pour intimider les partisans de TGV. Le dernier meeting pour le « OUI » au stade d’Alarobia a prouvé le contraire. Andry Rajoelina y était pour quelque chose dans cette nécessité sans soutenir ouvertement le « OUI » au référendum constitutionnel.
Ginette Ravelomanantsoa

Top secret | A suivre... | Les lauriers de l'Hebdo | A l'index | A l'emporte pièce