A l'emporte pièce

Bilan contrasté...

Samedi 13 Août 2011

Andry Rajoelina fait de la gestion des dépenses publiques un argument de poids pour défendre les acquis de la Transition. Or ce n’est qu’un aspect de l’agrégat macroéconomique composé d’autres paramètres tout aussi importants.

Comme le taux de croissance en termes réels du Produit intérieur brut qui peine à atteindre les 2 %. Et l’inflation menaçante au dessus des 10 % en glissement annuel. Tout est ainsi relatif sur le plan économique.

Réticence

Les citoyens trainent un peu les pieds à vérifier leurs noms sur les listes électorales au bureau des Fokontany. C’est du moins l’impression générale qui se dégage dans la capitale. Et pour donner un cachet d’efficacité à l’opération, les responsables des Fokontany incitent ceux qui viennent chercher des documents administratifs, comme les certificats de résidence, à jeter un œil sur les listes électorales.

Fiscalité de proximité

Le ministère des Finances et du budget peut-être trouvé une solution efficace pour augmenter la pression fiscale. Il s’agit d’ouvrir des bureaux d’impôts dans les communes où l’on recense une forte concentration de contribuables. C’est le cas d’Ivato d’où, auparavant, il fallait se déplacer à Ambohidratrimo pour s’acquitter de ses impôts. Au passage, Andry Rajoelina lance un appel aux inspecteurs des impôts, les invitants à être moins exigeants vis-à-vis des entreprises malmenées par la crise politique.

Série noire

C’est l’hécatombe pour l’agriculture et l’élevage. Le manioc et la fraise ont perdu leur saveur naturelle. Des cheptels porcins ont perdu de nombreuses têtes. Les abeilles font toujours face à la maladie de la varroase et des poulets « gasy » meurent sur les étals des commerçants. Des catastrophes qui vont certainement se répercuter sur les prix à la consommation toujours volatifs.

Similitudes

Des partisans de la Haute autorité de transition citent les exemples du président égyptien Hosni Moubarak, traduit en justice, en dépit de son âge et de son état de santé, pour dissuader Marc Ravalomanana de rentrer au pays. Leur message est clair, l’ancien chef d’État s’exposerait à des poursuites judiciaires. Le parallélisme des formes ira-t-il jusqu’au bout ?
N.R.

Top secret | A suivre... | Les lauriers de l'Hebdo | A l'index | A l'emporte pièce