Chronique

De la langue maternelle…

Jeudi 23 Juin 2011

Que signifie cet amendement à l’Académie nationale ? Hé bien, à partir de maintenant, tous les ouvrages, toutes les conférences s’y déroulant seront à présenter ….en Malagasy azafady ! La langue française a été placée comme langue de travail, ce qui est normal, après tout.


Cependant, en y réfléchissant…. la langue malgache, langue maternelle des 20 millions de Malgaches au pays, plus les Malgaches ailleurs, la « diaspora », est-elle sérieusement menacée ? La question se pose, car dans nos campagnes, l’on parle toujours malgache. Si, comme on l’affirme, 80% de la population se trouve dans les zones rurales, cela signifie que 16 millions de Malgaches parlent encore la langue maternelle.

Alors pourquoi cette nécessité de l’Académie Nationale de consacrer la langue malgache comme langue officielle ?

Sans doute parce que c’est nous autres, citadins et autres « intellectuels » qui ne savons plus la parler, ni l’écrire. L’introduction de mots français, anglais, allemands, et autres vocables provenant de cultures différentes, enrichit certes notre langue maternelle. Mais parfois, le résultat est désastreux : nos étudiants ne savent plus ni écrire ni parler une langue proprement. Ils ânonnent l’anglais, baragouinent le français, massacrent l’allemand et on se demande quel langage ils parlent lorsqu’ils utilisent la langue malgache ! Le « Vary amin’akotry » s’installe..

Ce n’est pas un blâme, mais un constat : l’Académie Nationale Malgache a du travail, en ce qui concerne particulièrement la présentation en malgache « moderne » de certains mots usuels : la souris du « solosaina » (ordinateur), ou encore l’action de cliquer (comment on dit « ça » en malgache ?!!).
Ainsi que l’a relevé récemment Juliette Ratsimandrava, membre de l’Académie Nationale, ce sont les techniciens qui se préoccupent davantage d’étoffer la langue malgache, en traduisant au plus près de notre langue maternelle les concepts des nouvelles technologies. Ainsi, pour parler de qualité, ils (les techniciens) ont trouvé le mot « kalitao » (de kaly, soin et de tao, racine du verbe manao, agir).

En cette veille de la Fête nationale, il est juste que notre langue maternelle soit consacrée de cette manière, à mon humble avis. Et comme tous les Malgaches du pays, contents de fêter le « 26 » ce dimanche, que tous les Malgaches du monde puissent s’écrier « Asaramanitra e ! » « Asandrato ny saina ! »
N.R.

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar