A l'emporte pièce

Du gâchis...

Samedi 3 Septembre 2011

La révolution verte lancée par Marc Ravalomanana pour améliorer la production agricole s’articulait autour de la maîtrise de l’eau, le recours à des semences améliorées et la mécanisation du travail de la terre. Ces réformes sont justifiées quand on sait qu’aujourd’hui, par exemple, les pays ne comptent que 2000 tracteurs et motoculteurs pour une superficie cultivable largement inexploitée. Des paramètres qui expliquent le déficit chronique des produits agricoles. La révolution verte est en refaire.

Fruits de mer

Les exportations des ressources halieutiques semblent avoir échappé à la morosité du climat des affaires. Depuis le début de l’année, 15 719 tonnes de produits de mer ont été exportés selon des chiffres officiels. Avec une grosse part, plus de 60% pour les crevettes. L’essentiel, selon un responsable ministériel, c’est de bien respecter les normes sanitaires pour préserver ces juteux marchés.

Au bout de l’ennui

Les élèves des écoles publiques commencent à trouver les mois de vacances bien trop longs. Ils ne reprendront le chemin de l’école qu’au début du mois d’octobre mais les divertissements qu’ils peuvent s’offrir tournent à la monotonie. Pour la plupart d’entre eux, la mer, le soleil, les plages existent seulement sur les cartes postales. Ils passent des vacances sur place, dans leurs quartiers. L’ennui s’installe très vite au rythme du train-train quotidien.

Visionnaire méconnu

Si le paiement au moyen des cartes est aujourd’hui en vogue, pour faciliter et sécuriser les transactions financières, c’est grâce peut-être, à la passion d’un homme. A la fin des années 90, il avait fondé la société money Tech qui installait les premiers terminaux pour les distributions automatiques de billets de banque.
A l’époque, il évoquait déjà le back-bone national pour les télécommunications. Pour la double tarification à la pompe, Mamy Rabe, puisqu’il s’agit de lui, était aussi de la partie.

Privilégiés

Après un retard de plusieurs semaines, l’application des prix à deux vitesses pour le gas-oil, en faveur des taxi-be, a été finalement effective. Ces transporteurs dont la qualité des services offerts demeure insatisfaisante obtiennent une autre subvention après celle accordée par le gouvernement de Marc Ravalomanana. En contrepartie, ils ont l’obligation de maintenir leur tarif à son niveau actuel, à 300 ariary le ticket pour la capitale.
N.R.

Top secret | A suivre... | Les lauriers de l'Hebdo | A l'index | A l'emporte pièce