A l'emporte pièce

Fraudes sur Internet...

Dimanche 31 Juillet 2011

Un examen officiel pour recruter des agents de l’Etat aurait été entaché par des manœuvres frauduleuses. Des candidats qui témoignent dans l’anonymat affirment que d’autres prétendants aux trente postes mis en jeu ont pu se connecter sur internet via leurs téléphones portables pour traiter dans la facilité les sujets proposés. Il est pourtant interdit d’introduire ces merveilles des nouvelles technologies dans les salles d’examen. De quoi mettre des puces à l’oreille des responsables.

Enfin chez soi

Le district d’Atsimondrano vient de s’offrir un bureau flambant neuf du côté d’Itaosy. Auparavant, les nombreux administrés de ce vaste « territoire » étaient contraints de venir à Tsaralalàna, dans un bâtiment mal entretenu, pour accomplir les indispensables formalités administratives. Comme l’octroi des cartes d’identité nationale. La construction du nouveau local a été conjointement financée par les ministères de l’Intérieur, et de l’Aménagement du territoire et de la décentralisation.

Sur la montante

De janvier à mai, le nombre des touristes a progressé de 16% par rapport à la même période de l’an passé. Mais pour la haute saison, les hôteliers et restaurateurs ont toujours une certaine appréhension. Le taux de remplissage tarde à atteindre sa vitesse de croisière et les derniers rapports internationaux sur Madagascar nuisent à l’image du pays déjà écornée par la crise politique. A cela s’ajoutent les perturbations dans les transports aériens.

Discredit

La refonte des listes électorales risque de soulever un autre problème : la crédibilité du référendum constitutionnel du 17 novembre 2010. Dans certaines localités, on enregistre une augmentation d’au moins 40% du nombre des électeurs. Ce qui confirme, en quelque sorte, les lacunes constatées lors du référendum. Des voix se font entendre pour la suspension de la Constitution et la feuille de route n’a pas mentionné la position de la SADC sur la 4ème République.

Lamentable

A peine inauguré, le stade de rugby de Malacam à Antanimena est déjà dans un état délabrement avancé. Et on évalue à plusieurs millions d’Ariary sa réhabilitation. Les fastes de son ouverture officielle sont des lointains souvenirs. Les infrastructures publiques sont ainsi livrées à des vandales qui seront les premiers à critiquer les autorités de ne rien faire pour eux. Une mentalité innommable à l’image du sous-développement.
N.R.

Top secret | A suivre... | Les lauriers de l'Hebdo | A l'index | A l'emporte pièce