Interview / Les RAHOERSON QUARTET à La Nuit Blanche de Madaplus, samedi 14 mai à Savigny Le Temple

Mardi 3 Mai 2011

Interview / Les RAHOERSON QUARTET à La Nuit Blanche de Madaplus, samedi 14 mai à Savigny Le Temple
Rencontre avec un surdoué de la musique, Serge Rahoerson et sa muse Nivo Rahoerson à « la voix puissante et fougueuse », les leaders du RAHOERSON QUARTET…

Bienvenue aux RAHOERSON QUARTET sur Madaplus !!


Merci et un grand bonjour à tous les malgaches et visiteurs de madaplus.fr


Serge et Nivo, vous n’êtes plus à présenter : fleurons du Jazz malgache vous jouez à l’international depuis des décennies maintenant. Parlez-nous donc de votre passion…

Serge : Je suis né d'un père musicien connu à Madagascar, Georges Rahoerson, multi-instrumentiste, chef d'orchestre et compositeur, bassiste au sein de l'orchestre philharmonique de Tananarive dans les années 50. J’ai baigné dans la musique depuis ma plus tendre enfance. A l’époque j’écoutais toutes sortes de musique à la radio (brésilienne, afro cubaine, Rhythm and Blues, Gospel, Country, variétés internationales, folklore malgache…) mais j’affectionne particulièrement le blues sous toutes ses formes.

Dès 11 ans j’ai joué des Bongos, en alternance avec mon frère Alain qui a un an de moins que moi, en studio d’enregistrement pour des artistes malgaches. Et je suis devenu, à 12 ans et demi, le batteur des frères et sœurs Rabaraona, devenus "Les Surfs", célèbre groupe vocal malgache dans les années 60… Etant trop jeune à l’époque, je n’ai pas pu les suivre en Europe.

Le jazz, je m’y suis intéressé en écoutant les disques de mon père et une station de radio de l’époque qui émettait d’Afrique « The Voice Of America ». J’ai découvert ainsi les grands batteurs : Sid Cattlett, Art Blakey, Jo Jones entre autres …qui m’ont marqué. Je suis autodidacte, je joue de la batterie, du saxophone soprano après avoir entendu Sidney Bechet, l'idole de l'époque et du saxophone ténor en entendant le fameux « Honky Tonk » de l’organiste Bill Doggett…En fait, j’étais surtout connu comme batteur, mais je jouais également du saxo au sein de différents orchestres, dont celui de mon père.

Nivo : Dans ma famille, on aime bien chanter, comme tout malgache. J’ai deux grands frères qui chantent dans des groupes de variétés malgaches et c’est d’ailleurs l’aîné qui m’a incitée à chanter avec lui.

Par la suite, je chantais au sein du groupe de Ratsimbazafy. Mais, c’est Serge qui m’a vraiment fait aimer le jazz et tout ce qui touche cette forme de musique (le Gospel, le blues, la variété américaine..).
Avant, je chantais surtout de la variété malagasy et française.

En 1971, Serge a formé son premier groupe pour jouer à l’Hôtel Hilton de Tana. Il m’a entendue chanter au cours d’une soirée et il voulait une chanteuse pour compléter le groupe.
C’était notre premier contrat professionnel dans la musique. Et tout a commencé là.
Après une année et quelques mois au Hilton, nous avons eu un contrat pour un mois pour la Réunion. Nous y sommes restés...trois ans.

Nous étions engagés au Club Med et nous avons ensuite beaucoup voyagé avant de nous installer définitivement à Paris vers le début des années 1980.

« Nous avons eu la chance de jouer avec, entre autres, le célèbre et regretté musicien Jaco Pastorius, Jimmy Smith, Wynton Marsalis, Billy Hart, Joe Cocker et beaucoup d’autres… »


Interview / Les RAHOERSON QUARTET à La Nuit Blanche de Madaplus, samedi 14 mai à Savigny Le Temple
Qu’est-ce qui vous a marqué dans vos carrières ?


Serge : Beaucoup de rencontres et de découvertes de grands talents tels que Ray Charles que j’ai entendu pour la première fois à 14 ans lors du 2ème Festival de Jazz d'Antibes-Juan-les-Pins. Cette année-là, en 1961, étant le seul batteur "be-bop" de Tananarive, j’étais engagé pour jouer avec le « Groupe Des Jeunes Artistes Indépendants de Madagascar » et nous étions invités à ce festival. Ma passion du piano s’est révélée à ce moment après avoir entendu Ray Charles et le pianiste Les Mc Cann, avec lequel j’ai fait le « bœuf » à Paris quelques années plus tard.. En rentrant au pays, j’ai appris à jouer du piano d’oreille, comme avec les autres instruments, d’ailleurs.

Ensuite il y eut également ma rencontre avec Jef Gilson en 1968, pianiste, arrangeur et compositeur français invité par le Centre Culturel français de Tananarive à l’époque. Il revient à Madagascar l’année d’après pour enregistrer le disque « Malagasy », réalisé avec des musiciens malgaches dont mon père, Georges, au soprano-Sax et mon jeune frère Alain, à la batterie et aux percussions et moi, au saxo-Ténor/batterie. L’album est sorti en France quelques années plus tard (1972), et une de mes compositions « Avaradoha», nom du quartier où j’habitais, était devenu un «Hit». On peut dire que c’est le premier morceau de Jazz (sur les harmonies du blues) joué sur un rythme malgache, le Salegy.

Et puis, il y eut la formation de notre premier groupe « professionnel »en 1971, composé de Nivo, devenue mon épouse, de Alain Rahoerson à la batterie, de Josias "Jojo" Rahamefy à la guitare et de Alain Razafinohatra à la basse (aussi piano & saxophone alto), remplacé par Max Hery Andriamahazo par la suite. Depuis nous avons sillonné le monde : La Réunion, France, Canada, Martinique, Guadeloupe, Mexique, Guatemala, Sénégal, Maroc, Suisse, Turquie, USA…)

Nivo : Quand nous avons arrêté les tournées, il ne restait plus que Serge, Max et moi dans le groupe. Les autres musiciens ont préféré choisir d’autres voies.

Par contre, plus tard, en trio, nous avons eu pas mal de contrats (de un à 2 mois parfois) pour jouer à Paris, bien sûr (le Bœuf Sur le Toit, le Berkeley..), à Cannes, à Megève, à Lausanne. Un peu partout, en Europe. Nous avons joué dans les Festivals de Jazz à Vienne, Marciac, Juan les Pins, Montreux pour ne citer que les plus connus. Souvent, nous passions en première partie des grands noms du Jazz : Count Basie Orchestra(Vienne), Joe Henderson(Coutances), Michel Petrucciani(Blainville), Chick Corea (Nancy Jazz pulsation) etc...

Mais, je crois que 1983 est l’année qui nous a le plus marqués. (Juillet 1983).Serge et moi étions engagés pour jouer dans un club à Nice pendant le festival de Jazz. Serge était programmé au Festival pour jouer des trois instruments (piano, saxo et batterie) avec des musiciens américains et français. Il a d’ailleurs eu de bonnes critiques dans un magazine de Jazz.

Dans ce club, donc, les musiciens qui ont joué au festival viennent faire la « Jam session », ou le bœuf, en français, avec nous.

Nous avons eu la chance de jouer avec, entre autres, le célèbre et regretté musicien Jaco Pastorius, Jimmy Smith, Wynton Marsalis, Billy Hart, Joe Cocker et beaucoup d’autres…J’ai commencé à toucher à la batterie à cette époque.

Serge : il y a eu aussi la rencontre avec Chick Corea, à Paris. Mais, je crois ce serait trop long de raconter toutes les rencontres heureuses qu’on a faites depuis qu’on fait ce métier.
« …cette soirée sera une occasion formidable de se faire plaisir… »



Et actuellement où êtes-vous ? et où en êtes-vous ?


Serge et Nivo : Nous sommes basés à Paris depuis 198&. Serge était le pianiste régulier de l’orchestre de Moustache pendant quelques années à l’hôtel Méridien. Il accompagnait les musiciens de jazz américains de passage. Depuis, nous avons joué dans la plupart des clubs, restaurants ou Hôtels de Paris. Nous avons aussi pas mal de soirées privées.

Actuellement, nous jouons assez régulièrement au Four Seasons (Hôtel George V), au Plaza Athénée, à l’Hôtel de Paris (Monaco) ou au Méridien Etoile, mais nous bougeons énormément en fonction des demandes et des contrats pour différents concerts ou festivals de Jazz (en Europe et aux Etats-Unis : Monaco, Genève, San-Diego, Washington, Dakar, Tunisie…) Il arrive également que chacun d’entre nous joue dans différents groupes.

Mais le plus important dans les jours à venir, c’est La Nuit Blanche du 14 mai pour la communauté malgache ! N’est-ce pas ? Voilà une occasion de partager un beau moment avec nos compatriotes !



Parlons-en, comment préparez-vous cet évènement ?


Serge et Nivo : Avec beaucoup d’enthousiasme. Nous ne faisons pas énormément de concerts au sein de notre communauté à cause, d’une part, de notre calendrier, et d’autre part, du fait qu’on ne fait pas danser. Disons que nous sommes un groupe de musiciens malagasy qui faisons plutôt de la musique internationale (jazz, bossa nova, funk..) et cette soirée sera une occasion formidable de se faire plaisir. Nous avons accepté la demande de Madaplus car, nous avons eu vent de la bonne organisation de cette équipe, le courant est très vite passé entre nous lors de notre rencontre et voilà !

Cette soirée se prépare très bien. D’ailleurs, si on a bien compris, il y aura un endroit pour ceux qui veulent danser et un autre, (là où nous serons), pour les amateurs de bonne musique. Les malgaches qui nous ont suivis depuis connaissent bien notre style de Jazz. Il y a un mélange de soul, de blues avec, bien sûr, le « feeling » gasy. Cette soirée sera spéciale du fait qu’elle est destinée principalement aux malgaches !! Nous n’allons pas tout vous dévoiler ici, mais, les absents ont toujours tort ! (rire).Une dernière précision à propos du quartet. Nous serons trois malgaches, plus un guitariste « vazaha » qui a le feeling malgache...Je crois qu’il n’y a plus rien à ajouter. Sinon que nous espérons que les gens vont venir nombreux…


Merci Serge et Nivo de nous avoir accordé un moment de votre emploi du temps chargé. On se dit au 14 mai alors !


Merci Madaplus et rdv au 14 mai à tous les malgaches férus du Jazz !


Ce qu’on écrit sur eux :


« Alternant à la fois jazz « standard »personnalisé, Blues, en passant par la musique « soul » et autres compositions originales avec son swing et son énergie qui le caractérise le « Quartet Serge & Nivo Rahoerson » vous laissera une sensation semblable à celle d’un bain de jouvence…
Serge a accompagné, au piano ou au saxo, de nombreux grands noms du jazz américain parmi lesquels : Eddie DAVIS, Benny CARTER, Joe NEWMAN, Harry EDISON, Franck FOSTER, Ray BRYANT, Red HOLLOWAY. Jimmy SMITH. Phil UPCHURCH, et d’autres encore...

Poly-instrumentiste, Serge Rahoerson possède trois cordes à son arc : pianiste, batteur, et saxophoniste (saxo ténor et alto).
Il applique majestueusement son art, tenant son saxophone de la main gauche il lance un son incisif, tandis que sa main droite virevolte sur le piano.

Serge est un compositeur, arrangeur et improvisateur de talent.
Aucun rôle de figuration au sein de ce quartet, de son côté, Max HERY joue de la basse avec talent et efficacité; s’ajoute la touche de l’un des meilleurs guitaristes du moment, Olivier Pain-Hermier dans le seul but de produire une musique qui balance.

Mais, la personnalité de ce quartet peu ordinaire vient sans nul doute de cette petite femme, saluée par les critiques comme l’égale de certaines grandes chanteuses américaines de jazz et de Blues, avec sa voix puissante, fougueuse, un rien sauvage qui séduit par sa gravité, tout en tenant la batterie avec maestria : Nivo Rahoerson.

Nivo, vit le tempo comme un prolongement de sa voix, souple et émouvante, à vous donner des frissons… »

N.R.
N.R.