Infos Diaspora

Interview exclusive d'un jeune talent, JOANNE RADAO

Dimanche 13 Mai 2018

Crédit photo Arthur Parizot.
Crédit photo Arthur Parizot.
Joanne est une artiste franco-malgache de 26 ans. Elle vient de terminer un projet musical intitulé "MORA MORA" dont le premier EP sortira au cours de l'année 2018, dans la foulée elle crée son propre label de musique à Paris. Voici l'interview d'un jeune talent malgache à découvrir...

Joanne vous avez une double casquette: celle d’artiste interprète et celle de productrice. Pouvez-vous nous éclairer sur ce choix ?


J’ai travaillé pour différentes boites de productions à Paris et ça m’a donné assez de cran pour imaginer un label dédié à mes projets perso.

Je suis admirative de musiciens « auteur-compositeur-interprète » comme Lauryn Hill, Bob Marley, Feist ou encore Matthieu Chedid.
C’est fascinant les artistes qui créent, réalisent, produisent et gèrent tout de A à Z.
Je pense à Chagall, Charlie Chaplin ou Frida Kahlo…
Ces artistes ont touché à plusieurs disciplines pour construire leurs univers, cela donne quelque chose de plus complet et riche.

C’est pourquoi j’ai créé « Chapô », une société productrice de contenu créatif lié à la musique. Dans cette aventure, je me suis entourée de ma sœur et de trois amies proches.

Et donc MORA MORA est le premier projet musical soutenu par Chapô.


En quoi consiste ce projet musical MORA MORA.

Depuis un an et demi, on travaille sur MORA MORA avec mon acolyte et complice de toujours Vincent Charpin (batterie/programmation).

Trois super musiciens nous ont rejoint et nous sommes partis dans les montagnes avec un ingénieur du son pour finir de composer et pour enregistrer. On a vraiment déplacé un studio d’enregistrement dans les Alpes du Sud… A Pompiéry plus exactement. C’était fou !


Pourquoi le choix de cette expression malgache, pour le nom de votre projet ?

Forcément, petit clin d’œil à mes racines (rire). Il y a du sens et une histoire derrière ce nom.
« Moramora » c’est une incitation à prendre son temps, à se laisser aller, à son rythme, pour ne garder que la douceur de vivre.
Dans mes chansons je parle du rapport au temps face à la guérison du corps et de l’esprit, cela résonne beaucoup avec le projet.


Le premier clip « Goldpaint » vient de sortir, pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

C’est assez important un premier clip. Il y a beaucoup d’attentes qui entourent une première vidéo. Toute la réalisation a été assurée par Chapô.
L’idée c’était d’imaginer un univers visuel qui corresponde à la musique et de servir ce titre déjà fort à mon sens.

Il s’agit du premier single, il est très pop, il rentre dans la tête.
Cette chanson « Goldpaint » compte beaucoup pour moi, je l’ai écrite et composée avec mes tripes et je crois qu’elle me ressemble.

Les cérémonies funéraires malgaches m’ont inspirée. Le famadihana ou « retournement des morts ». Rien de glauque (rire) bien au contraire c’est un moment beau et festif pour les malgaches !

Ça parle de danses exaltées pour partager et dépasser la peine. De tambours sortis dehors. C’est une expérience que j’ai vécue.


Nous avons eu le plaisir de discuter avec Sky Mike, ingénieur du installé aux Etats-Unis qui n’est autre que votre cousin. La famille et la musique, cela va de paire selon vous ?

J’ai toujours fait de la musique. Mes parents m’ont mis au conservatoire à 4 ans, j’ai commencé le piano à 7. Je devais avoir 15 ans quand j’ai écrit et composé pour la première fois. Depuis j’ai collaboré à pas mal de projets.

Mon cousin a été l’une des premières personnes avec qui j’ai travaillé. On a commencé à enregistrer ensemble et on a toujours eu envie d’évoluer dans ce milieu… C’est chose faite.
Aujourd’hui c’est important de continuer à se soutenir. Je suis à Paris, il est à New York mais on continue à s’appeler et on se donne des conseils. Il sait ce que je prépare en ce moment et on va se retrouver très vite. Donc c’est une chose assez naturelle d’allier famille et musique.


Quelle est la suite du programme ?
Nous avons un premier EP qui va sortir très bientôt. Cela suppose des concerts en France, en Europe et bien entendu à Madagascar !


Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter Mora Mora
N.R.

Infos Diaspora | Brèves Madagascar