Infos Diaspora

La Réunion: un trafiquant de drogues nommé Jeff "le Malgache", soupçonné… mais relaxé

Samedi 21 Avril 2018

À 54 ans, Jean-François Campo, surnommé Jeff "Le Malgache", est connu pour ses talents de trafic de stupéfiants.

Il a surtout fait parler de lui l’année dernière lorsqu’il a été condamné à 5 ans de prison par le tribunal de Champ Fleuri pour avoir été à l’origine d’un trafic international de cocaïne. De la cocaïne qui venait du Pérou en passant par Madagascar. Un premier voyage a eu lieu en 2012, avec des mules peu douées qui rataient l’avion ou expulsaient la drogue ingérée avant d’arriver à destination. Un deuxième voyage en 2013 a aussi été moins fructueux que prévu. Pareil pour le troisième voyage.

Un trafic parallèle pour financer l’import de cocaïne ?

Ce vendredi, Jean-François Campo se trouvait devant le même tribunal que l’année dernière et le même président d’audience, soupçonné d’avoir organisé un trafic d’Artane et de Rivotril, en provenance de Madagascar, entre 2010 et 2012. Un trafic qui aurait servi à financer ses achats de cocaïne du Pérou. C’est en tout cas ce qu’avait expliqué une mule (convoquée mais absente ce vendredi), interpellée avec plus de 10.000 cachets à l’aéroport Roland Garros en avril 2012. Selon ses déclarations, elle n’aurait vu que quelques fois Jean-François Campo, mais l'aurait décrit lors de sa garde à vue et identifié par la suite.

Interpellé à l’aéroport de Gillot en août 2012, alors qu’il cherchait à s’envoler vers Madagascar, le lendemain du retrait de son bracelet électronique (suite à une condamnation de 2010 pour trafic de stupéfiants), il nie les faits. Selon lui, elle protègerait les véritables trafiquants.

Le suspect idéal

Après tout, Jeff "Le Malgache" avait déjà trafiqué de l’Artane et était à la tête d’un trafic de cocaïne. Et le mode opératoire était le même. Pour son avocate Me Ariane Bouvet, "tous les modes opératoires de trafic de stupéfiants sont les mêmes ; il n’y a pas 36.000 façons d’importer de la drogue dans un pays". Pas faux. Elle ajoute également que la mule qui accuse son client ne le décrit pas si bien que cela aux autorités, à savoir un homme d’1m80 alors qu’il fait à peine plus d’1m60, et sans tatouages, alors qu’il en porte un bien visible sur le bras. Et elle l’aurait rencontré en 2012, 2011, 2010, 2009 ? "Elle ne sait plus", rappelle Me Bouvet. "Une balance" qui ne chercherait pas nécessairement à protéger les vrais trafiquants mais à se protéger elle-même de ces derniers. L'avocate a donc demandé la relaxe.

Aucune preuve concrète et seules les déclarations de cette mule "qui connaît Jean-François Campo comme tout le monde au Port"… le prévenu a donc bel et bien été relaxé. Retour en prison néanmoins, pour compléter le reste de son séjour.

La mule, quant à elle, a été condamnée à 30 mois de prison et 140.000 euros d’amende douanière. Un mandat d’arrêt a aussi été émis à son encontre.

Sources Zinfos974
N.R.

Infos Diaspora | Brèves Madagascar