Alerte Infos

Les trois rendez-vous du Président de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar à Paris.

Mardi 18 Septembre 2018

Après sa rencontre avec les étudiants de Sciences-Po, à l"amphi Boutmy, rue Saint Guillaume, le 13 septembre dernier, le Président de l'IEM a échangé avec la Diaspora, rue Traversière le 15 septembre et a clôturé sa visite à Paris, avenue Parmentier, le 18 septembre avec la Présentation de son livre "Par Amour de la Patrie."

L'intitulé de la conférence "L'expérience démocratique en Afrique" a fait naître une polémique sur le net.

Des critiques virulentes ont été émises aussi bien à l'encontre des organisateurs, l'ASPA, l'Association Sciences Po pour l'Afrique, et Newpolis, forum numérique international.

Le Président de l'ASPA, monsieur Barkaï Hamid Barkaï, lors de son discours inaugural, a tenu à préciser "que l'ASPA a une totale confiance dans le professionalisme de son modérateur, qui n'est autre que monsieur François de Labarre, grand reporter, en charge d'un magazine sur l'Afrique au sein de Paris Match et dans l'esprit critique de son public.

Cette invitation n'est ni une adhésion aux idées de l'ancien Président de la Hat, ni une amnésie sur les évènements de la transition, encore moins un soutien à sa campagne.

Cette rencontre est l'occasion d'interpeller l'intervenant sur les éventuelles forces et limites de ses idées et actions.

Les divergences d'idées sont tout à fait normales. Mais elles ne deviennent utiles que lorsqu'elles donnent lieu à des échanges profonds, constructifs, sincères, courtois et fermes.

Etre en mesure de réfléchir et de discuter sur tout, est le meilleur service qu'on peut rendre à la Démocratie. C'est pourquoi l'ASPA continuera à aménager des espaces de réflexion pour que nous puissions avoir une meilleure connaissance de notre continent, de nos prochains et de nous-mêmes"

Monsieur François de Labarre, modérateur de cette conférence, a souligné que l'objectif de celle-ci est de pouvoir échanger avec les étudiants de Sciences Po sur l'expérience du Président ANR sur le thème de la Démocratie en Afrique et non d'interférer sur les élections à Madagascar.

Il a ensuite posé une série de questions à monsieur le Président ANR, notamment sur sa première expérience démocratique en tant que Maire de la capitale, qui marque le début de son entrée en politique. Monsieur le Président Andry Rajoelina a souligné qu'il a fait le meilleur score à cette élection avec 70% de voix, mais qu'il n'a pas pu travailler comme il le souhaitait. Toutefois, il a parlé de sa grande réalisation, en tant que Maire, la Construction de l'Hôtel de Ville de Tananarive qui, incendié en 1972, n'a été reconstruit que 36 ans après, et cela sans aucune aide extérieure et sans moyen.

Monsieur François de Labarre a également posé la question sur l'étiquette de DJ qui était accolée à monsieur le Président Andry Rajoelina, à laquelle il a répondu qu'il était plutôt dans l'évènementiel et a gagné plusieurs trophées à ce titre, mais qu'il aurait bien aimé être DJ car il aime la musique, et il aime danser.

Monsieur François de Labarre a également demandé si Monsieur ANR était un putschiste. Celui-ci a répondu qu'il ne l'était aucunement dans la mesure où le Président Ravalomanana a démissionné et que c'était la Haute Cour Constitutionnelle qui a ensuite validé son pouvoir, accepté par la population et les différentes entités au pouvoir à Mahamasina par la suite.

Au sujet des évènements récents d'Avril à Antananarivo, monsieur FDL a souligné le fait que ceux-ci avaient été assimilés par certaines personnes à un coup d'Etat fomenté par Monsieur ANR. Et celui-ci de répondre que l'origine de cette manifestation portait surtout sur des dispositions électorales favorisant le maintien au pouvoir des dirigeants, dispositions qui étaient défavorables aux citoyens, et qu'il s'agissait plus de revendications de parlementaires et non d'un coup d'Etat qu'il aurait orchestré.

Monsieur FDL s'est étonné des dispositions régissant les Médias privés qui ne sont pas soumis à une obligation d'égalité mais qui ont le droit de publier ou diffuser plus fréquemment les candidats qu'ils soutiennent.

Ce à quoi, Monsieur ANR a répondu que les chaînes d'information publiques ne garantissaient pas toujours la liberté de presse et d'expression, que la chaîne nationale était monopolisée par les tenants du pouvoir.

Sur la surexposition de sa famille, monsieur ANR a indiqué qu'il n'avait aucunement l'intention d'exposer sa vie, mais qu'il ne voyait pas de mal à la présence de sa famille lors de sa campagne électorale.

Monsieur de FDL a indiqué que Madagascar n'a pas cessé de régresser car l'IDH est bien plus élevé en 2009 qu'en 2013. Quelle en est l'explication ?
Monsieur ANR de répondre que cela pouvait découler du fait qu'aucun des Présidents élus, de l'Indépendance à nos jours, n'était préparé à gouverner, lui compris en 2009.

Mais que durant les cinq dernières années, il s'est entretenu aussi bien avec des experts nationaux qu'internationaux pour analyser la situation et trouver des solutions pour le développement du pays, qu'il avait un plan, que Madagascar disposait d'un potentiel énorme et pouvait se développer sans aide extérieure avec une bonne gestion de ses richesses.

Monsieur FDL a également parlé de la corruption généralisée à Madagascar et de la fuite des Matières Premières.

Monsieur ANR de dire qu'il a également un plan, une certaine discipline à mettre en place, mais que ce n'était pas encore le moment de le dévoiler car certains se feront un plaisir de faire un "copié-collé".

Il a notamment parlé de sa discussion avec le Président de la Côte d'Ivoire sur l'exportation d'or, 25 tonnes pour celle-ci contre 2 tonnes 5 pour Madagascar. Selon le Président de la Côte d'Ivoire, Madagascar devrait exporter le double soit au moins 50 tonnes.

Une bonne gestion de nos ressources permettrait de développer Madagascar, rien qu'avec l'or, c'est possible sans compter les autres ressources dont on dispose, dixit monsieur ANR.

Monsieur FDL a cité la Chine comme premier partenaire commercial de Madagascar.
Monsieur ANR de répondre que si la Chine l'est effectivement, quel en est le bénéfice palpable, quelles en sont les retombées mesurables pour la population ?

Les échanges avec les étudiants de Sciences Po portaient sur la légitimité de l'intervention de monsieur ANR à cette conférence de parler de démocratie.

Un étudiant malgache a notamment posé la question de l'arrivée au pouvoir de monsieur ANR en 2009 sans coup d'Etat, selon monsieur ANR, de l'autoproclamation d'un gouvernement sur la place du 13 Mai suite au mouvement populaire dont monsieur ANR en était le leader et sur le franchissement de la ligne rouge au mois de février.

Il a demandé si monsieur ANR comptait finir ce qu'il avait commencé, amener le pays vers le gouffre ou procéder à une reconstruction onirique de ce que monsieur ANR a détruit en présentant les chiffres de croissance économique 5% contre 0%, sur le volet social, 600 000 enfants déscolarisés et une augmentation de dix points de l'indice de pauvreté sous l'ère Rajoelina.

Monsieur ANR a répondu qu'il se tourne plus vers l'avenir mais qu'il fallait laisser de côté les divergences d'opinions et de points de vue et les querelles partisanes et politiques. et qu'il fallait plus voir l'avenir de Madagascar.

Un autre étudiant a posé la question de savoir si, comme l'a dit monsieur ANR, qu'il a accédé au pouvoir par patriotisme. Est-ce que cela sous-entendrait qu'il ne fallait plus passer par les urnes et mettre de côté la démocratie.

Monsieur ANR a répondu qu'il n'y avait pas de coup d'Etat dans la mesure où le Président Ravalomanana a démissionné et que c'est ce dernier qui a donné l'ordre à sa garde présidentielle de tirer sur les manifestants sans arme.

Que certes monsieur ANR admet ne pas être passé par les urnes mais que ce n'était pas un coup d'Etat. Il y aurait eu coup d'Etat si le Président n'était pas démissionnaire et il renvoie les étudiants à la consultation du site de la Haute Cour Constitutionnelle l'ordonnance 2009-001 du 17 mars 2009. Et monsieur ANR de conclure qu'il fallait en rester là sur ces questions de coup d'Etat.

Un autre étudiant malagasy a posé la question de la légitimité de la nomination d'un Premier Ministre qui n'a obtenu que 21 voix lors de l'élection présidentielle en 2009 et également la nomination en 2018, d'un Premier Ministre, monsieur Christian Ntsay qui aurait été imposée par monsieur ANR.

Monsieur ANR a répondu, d'après l'article 54 de la Constitution malagasy, "le parti ou groupe de partis qui a la majorité à l'Assemblée Nationale, propose le nom du Premier Ministre et c'est le Président de la République qui le nomme.

Une autre étudiante a posé la question sur l'explosion de l'exportation du Bois de Rose à partir de 2009 et l'interdiction en 2010 décidé par ANR de l'exporter ainsi que l'octroi par la suite des autorisations sélectives d'opérateurs .

Monsieur ANR a répondu qu' effectivement il a édicté des mesures pour endiguer l'exportation de bois de rose, que les octrois des autorisations sélectives n'étaient pas de son fait. D'ailleurs, c'était un des PM du gouvernement actuel, (pas monsieur Christian Ntsay), qui s'était déplacé en personne à Singapour pour régler un problème lié à un container de bois de rose. Ni lui, ni aucun de ses PM ne se sont déplacés pour un tel problème. C'est sous le gouvernement actuel que l'on rencontre des problèmes de corruption en tout genre.

Les trois rendez-vous du Président de l'Initiative pour l'Emergence de Madagascar à Paris.
Comment monsieur ANR envisage -t-il les relations de Madagascar avec l'Afrique.

Nous avons besoin de travailler avec tout le monde, mais nous avons surtout besoin d'affirmer notre indépendance économique dixit monsieur Rajoelina.

Nous devons rattraper le retard de développement.
Je ne suis que l'instrument mais tous les malagasy sont les acteurs du développement de notre pays.

Comment concevoir une politique nouvelle ?
Il faut arrêter les mensonges, il faut une bonne gouvernance, une transparence dans la gestion des contrats miniers et revoir la répartition des pourcentages.

Madagascar a besoin d'un leader décidé à relever le pays.

Monsieur ANR a rencontré la Diaspora le 15 septembre. Il y a exposé une grande partie des sujets qui ont été développés à Sciences Po, cette fois-ci en malagasy et il a également comparé l'évolution de notre PIB à celle des îles voisines de 1960 à 2016.

En 1960, si les Seychelles avaient un PIB de 288,1, celui de Madagascar s'élevait à 132, l'île Maurice n'était pas encore répertorié.
En 2016, le PIB des Seychelles s'élevait à 1507,7 et celui de l'île Maurice avoisinait les 9627 contre 401,3 pour Madagascar.(Chiffre de la Banque Mondiale)

Quelle est donc l'explication que l'on peut donner à un tel retard, d'autant plus que Madagascar n'a pas de problème de frontière, ne connaît pas de guerre ?

Selon monsieur ANR, tous les Présidents qui s'étaient succédés n'étaient pas prêts à gouverner et n'avaient pas de projets de société structurés.

Quel est le besoin fondamental de Madagascar pour relever le pays ?
Selon Monsieur ANR, " Madagascar a besoin d'un leader autour d'un programme pour faire avancer notre pays."

Durant la transition, Madagascar n'a bénéficié d'aucune aide extérieure et pourtant des projets ont été réalisés, la reconstruction de l'hôtel de ville d'Antananarivo, la construction du colyséum,d'hôpitaux...

Il faut une gestion rigoureuse de nos richesses et transformer sur place le produit des extractions diverses. Il faut éviter de s'appuyer sur les aides extérieures. Rien qu'avec notre or, nous pouvons faire face à nos dépenses et rattraper notre retard de développement. Sans compter nos autres richesses.

Il a également cité la prise de conscience de certains pays comme l'Ethiopie, le Soudan en matière d'énergies renouvelables.
Si Madagascar ne dispose que de 175 MW, l'Ethiopie compte 4188 MW et le Soudan 1753 MW.

Monsieur ANR a pris l'engagement de multiplier par trois la part d'énergies renouvelables de Madagascar.

Le prix de l'électricité est de 0,24 euros à Madagascar contre 0,12 en Europe .
Monsieur ANR a pris l'engagement de faire baisser le prix de l'électricité.

"Tsy maintsy ho avotra i Madagasikara, tsy maintsy ho tafita ny malagasy, ny ho avin'ny firenena miankina amintsika rehetra."

Le 18 septembre, monsieur ANR a présenté et dédicacé son livre à la librairie " Les guetteurs du vent."

Remerciements :
Crédits photos : Communication Andry Rajoelina, TEM, Mika sary
Lala Haingo Rajaoarisoa

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar


Les News

Les plus lus