A suivre...

MATD-CUA : attaque biaisée contre le PDS

Mercredi 1 Décembre 2010

Beaucoup de commentaires et une irritation compréhensible chez les tananariviens contre le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation (MATD) dans sa polémique contre la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Pourquoi en effet, pour une question d’autorisation de surélévation d’immeuble (construction par Bao Lai à Soarano), pourquoi le Ministère a-t-il saisi le Bianco –Bureau indépendant anti-corruption ? (voir article par ailleurs sur cette institution)
En écrivant la semaine dernière au Commissaire Alexandre Rabeharisoa, Directeur de Cabinet de la CUA, son homologue Directeur de Cabinet du Ministère a prouvé qu’une lettre administrative aurait pu suffire pour régler la question. Ce fut le cas, par la lettre n°376-MATD/SG/DGAT/DPIF.10 du 19/08/10 (voir notre édition du 26 novembre à ce sujet) à laquelle la CUA n’a pas répondu. Soit. Mais pourquoi, au lieu d’envoyer une lettre de relance –comme cela se pratique dans toutes les administrations- c’est un « dossier » qui a été transmis à l’organe chargé de la lutte contre la corruption ? Suite à la publication de cette information, le staff du Ministère intéressé a procédé à diverses interventions sur les médias d’Etat pour déclarer qu’il s’agit d’un problème technique. Les intervenants, tout en défendant l’origine technique de la polémique, ont ainsi fait mention d’une loi -qui s’avère désuète- datant de 1963 pour s’arroger le droit de décider à la place de la Commune s’il est convenable ou non d’autoriser la surélévation de l’immeuble en question.
Pour les tananariviens, la lecture politique de ces attaques est inéluctable : en un an et quelques de gestion de la Capitale, le Président de la Délégation Spéciale d’Antananarivo, Edgard Razafindravahy a été acquis à la cause de ses administrés. Tout simplement par l’organisation méthodique des travaux, l’écoute permanente des soucis des gens, le compte-rendu constant auprès du conseil municipal. Pour les habitants de la Ville des Mille, le Ministre de l’Aménagement du Territoire et de la Décentralisation, Hajo Andrianainarivelo, craint tout simplement que le PDS lui porte ombrage. En impliquant le Bianco dans une affaire somme toute administrative, et relative à la décentralisation effective de la gestion du territoire, le Ministre vient de raviver les souvenirs des misères et vexations infligées au Maire Andry Rajoelina il n’y a pas si longtemps par le régime précédent. Un scénario qui avait déjà eu lieu contre Marc Ravalomanana lui-même, Maire de la Capitale sous le régime de Didier Ratsiraka… Le Ministre Hajo Andrianainarivelo semble ne pas savoir –ou ses zélateurs ? – que Tana n’aime pas, mais pas du tout que l’on tracasse celui qui dirige sa destinée ! Au bout d’une semaine, en dépit des explications et des recoupements effectués par (et dans) les médias, les observateurs relèvent l’irritation de l’opinion publique contre le Ministre dans cette « affaire ». A noter que le PDS a été nommé par le Ministre de l’Intérieur, et qu’à cet égard, le MATD n’est pas son Ministère de tutelle, mais est tenu de contribuer au développement des Communes suivant les principes de décentralisation.
Pour mémoire, nos précédentes éditions, depuis le 24 novembre, traitent ce dossier.
Vola Rasoamanana

Top secret | A suivre... | Les lauriers de l'Hebdo | A l'index | A l'emporte pièce