Alerte Infos

Madagascar - Elections - Rajoelina lorgne la primature

Mercredi 2 Octobre 2013

Madagascar - Elections - Rajoelina lorgne la primature
Au micro de RFI, le Président de la Transition n'écarte pas l'éventualité de briguer la primature de la quatrième république. Une tentation à laquelle il pourrait céder. (source : lexpressmada.com)

Une sérieuse option. Ecarté de l'élection présidentielle, Andry Rajoe­lina se concentre sur les législatives. Une manière de rester dans les rouages du pouvoir, mais surtout de garder le contrôle de l'Exécutif après la Transition, et rester à la tête de l'État en s'octroyant le poste de Premier ministre. 

« Le président de la République nomme le Premier ministre, présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale », prévoit l'article 54 de la Constitution votée en 2010, instituant la quatrième république. Questionné sur le sujet par la correspondante locale de Radio France internationale (RFI) hier, l'homme fort de la Transition a eu une réponse évasive, sans écarter franchement l'éventualité de se rabattre sur la primature pour éviter de jouer un rôle d'observateur durant les cinq prochaines années.

« Ce n’est pas encore à l’ordre du jour actuellement. Nous allons essayer de voir le résultat des élections, l’évolution de la situation...Je ne l’exclus pas non plus, mais j’observe », a déclaré Andry Rajoelina, interrogé sur l'éventualité de sa désignation comme Premier ministre du prochain quinquennat. Si l'on se réfère à la Constitution, le chef du gouvernement, assuré d'une majorité à la Chambre basse, devrait être le réel détenteur du pouvoir. 

Après son éviction de la course à la magistrature suprême, le locataire d'Ambohitsirohitra a rassemblé ses partisans au sein d'une plateforme dénommée « Miaraka amin'ny prezida Andry Rajoe­lina » pour affronter la députation. L'objectif étant de s'assurer la majorité à l'Assem­blée nationale. 

Forte tentation

Une stratégie pourrait aussi être un moyen de reprendre petit à petit les rênes de ses partisans. Au micro de la correspondante locale de RFI, le Chef de l'État semble cependant laisser entendre que rester dans les rouages de l'Exécutif durant les cinq prochaines années ne figure pas dans ses plans. 

Celui qui a donné rendez-vous pour l'élection présidentielle de 2018 a déclaré que « j’ai pas mal de projets. Je vais travailler de concert avec plusieurs experts internationaux, pour mettre en place un programme, un engagement aussi, pour le développement de Madagascar. Donc, c’est ce que je vais faire dans les mois et dans les années à venir ». Le Président de la Transition pourrait ne pas résister à la tentation d'un scénario à la Vladimir Poutine. Devenir Premier ministre pour s'assurer de retrouver la magistrature suprême.

Andry Rajoelina affiche également une certaine confiance sur le fait que l'un de ses proches inscrit à la course à la présidentielle ait une chance de devenir le prochain président de la république. « Il y a plusieurs candidats qui sont dans notre mouvance. Il est sûr, parce qu’on voit déjà la tendance actuellement, que celui qui sera au deuxième tour viendra de notre mouvance », a-t-il indiqué. Rester à l'écart du pouvoir durant cinq années pourrait cependant ne pas être favorable pour le Chef de la Transition, particulièrement s'il envisage de faire un come-back. Le prochain président de la république, de quelque cercle politique qu'il soit, risque fort d’être un concurrent sérieux pour le scrutin de 2018.

«Laisser le choix pour ne pas diviser»

Lors de l'interview qu'il a accordée à RFI, Andry Rajoelina a également répondu à la question sur l'éventuel candidat qu'il pourrait soutenir lors de ces scrutins présidentiels. La loi impose pourtant la neutralité absolue du chef de la Transition dans la course à la magistrature suprême. Contournant visiblement la question, l'homme fort de la Transition a juste expliqué la position de ses partisans, et en particulier du parti qu'il a fondé, Tanora malaGasy Vonona (TGV). 

« Il y a plusieurs candidats qui sont dans notre mouvance effectivement : le ministre des Finances (ndlr Hery Rajaonarimampianina), qui a pu rassembler une grande partie des ministres et ceux qui étaient avec moi tout au long de la Transition, mais le Président de la délégation spéciale (PDS) de la ville d'Antananarivo, Edgard Razafindravahy, a également rassemblé des partisans de notre parti politique. Donc aujourd’hui, pour ne pas diviser notre parti, nous avons laissé le choix à nos partisans et à tous ceux qui étaient dans notremouvance, de choisir entre ces deux candidats », a déclaré le président de la Transition. 

Kolorindra Garry Fabrice Ranaivoson
N.R.

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar


Les News