A l'emporte pièce

Moutons de panurge...

Samedi 9 Juillet 2011

Au dernier recensement du ministère de l’Intérieur, le pays compte pas moins de 150 associations culturelles. C’est autant que le nombre des partis politiques. D’après des psychologues, la pauvreté ambiante incite les fidèles à l’abandonner les églises traditionnelles pour tomber dans les bras des prédicateurs faiseurs de miracles. Ils signalent aussi l’implication trop poussée de ces églises classiques dans la politique. Ce qui a dégoûté leurs ouailles.

Impuissance

L’actuel pouvoir n’est ni le premier ni le dernier à devoir gérer avec dextérité les problèmes posés par la profusion des films à caractère pornographique. Ils se vendent sans la moindre restriction. D’une main à une l’autre, ces films réservés aux adultes, peuvent susciter la curiosité des mineurs. Avec les conséquences psychologiques d’une telle inadvertance. Et doit-on s’étonner si la benjamine des prostituées à Tsaralalàna est âgée de douze ans ?

Philanthropes

Certains membres du Congrès de la transition n’ont pas la conscience tranquille. Sans être élus, ils touchent un gros salaire, bénéficient de chèques carburants et des crédits téléphoniques. Au frais de la princesse. D’autre demandent encore plus. Certains décident d’investir dans des œuvres sociales pour soigner leur image auprès de la population.
Ils ont distribué des vivres aux plus démunis durant la fête du 26 juin.

Révolution verte

Des paysans ayant suivi des formations et bénéficié d’un encadrement technique vont exporter leurs produits à Mayotte. Il s’agit de fruit et légumes. Ils ont compris qu’en respectant les normes, ils vont augmenter sensiblement leurs revenus. Le potentiel malgache peut répondre à toutes les demandes, en qualité avec le soutien nécessaire aux paysans. A terme, ceux qui insistent à vendre des brèdes à même les trottoirs vont comprendre qu’ils existent d’autres issues pour sortir de la pauvreté.

Quand me bâtiment va …

Les fabricants de briques aux alentours de la capitale se frottent les mains. C’est la saison des constructions immobilières pour les particuliers. L’un d’eux affirme être débordé par les commandes. De 50 à 60ariary l’unité, il arrive à écouler jusqu’à 6 000 briques par jours. La crise a plutôt épargné le secteur de l’immobilier. Les promoteurs des villas de haut standing des bureaux luxueux et des appartements sophistiqués sont de plus en plus nombreux.

N.R.

Top secret | A suivre... | Les lauriers de l'Hebdo | A l'index | A l'emporte pièce