Chronique

Poudrière, piège à loups, ou …rien du tout ?

Jeudi 16 Juin 2011

Incroyable ! Ou les Malgaches de Madagascar ne comprennent plus leur propre langue maternelle, ou alors il faut croire que quelque chose cloche au pays ! C’est triste à dire, mais c’est ainsi. Le Ministre des Mines et des Hydrocarbures, Mamy Ratovomalala, a expliqué calmement -en malgache SVP - mardi que le stock de carburant est suffisant à Madagascar, pour deux mois encore. Soixante jours !

Vrouuum ! En moins de temps qu’il ne faut pour tapoter ces quelques lignes, toutes les stations-services de la Capitale, Antananarivo, ont été la cible d’attroupements de véhicules stressés dans la soirée. Les taxibe (bus de transport en commun), déjà rares à circuler mardi soir, ont « largué » à mi-chemin leurs passagers, on ignore pour quelle raison.

De même, mercredi soir également, pas de taxibe dans les rues dès 16 heures. La galère promise pour ceux qui sortent de classe ou du bureau à 17h ou 18h ! Et les taxibe sont « si bêtes » qu’ils pensent augmenter leur tarif, si l’Etat ne trouve pas de solution ….

Cette panique a été enregistrée également dans les régions, à Antsirabe, à Mampikony et à Manakara, pour ne citer que ces villes. Bizarre, vraiment bizarre !

Cela étant, le débat politique sur le langage contradictoire de la SADC - Communauté de Développement de l’Afrique australe - fait rage. Les déclarations de contestation se sont enchaînées pour refuser la déclaration de Sandton, Afrique du Sud.

Même Paul Rabary, sociologue connu pour son point de vue avisé sur la crise depuis près d’un an, perd son calme : le retour de Marc Ravalomanana n’est pas la solution, a clamé le sociologue. Il a simplement qualifié la crise de lutte entre deux « Merindahy » (deux hommes Merina, Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana) et réclamé l’autonomie des régions.

Il est vrai que la situation est agaçante : que de temps perdu depuis Maputo jusqu’à Gaborone, en passant par Addis Abeba et Pretoria.

Du coup, au moindre souffle de vent, c’est la panique ! Les gens, apparemment calmes, sursautent à la première alerte, vraie ou fausse. L’épisode des carburants le prouve. Il s’agit certes d’un produit dit stratégique, mais de là à faire la queue pendant des heures, les gens ont vraiment perdu leur bon sens. Tout cela parce qu’on souhaite ou redoute le retour de Marc Ravalomanana ?

Alors, Madagascar se trouverait sur une poudrière, prête à exploser à la première étincelle ? Ou alors, tous les petits Malgaches marchant le nez en l’air, rêveurs inconscients, ne voient pas le piège à loup prêt à leur emprisonner le pied ? Ou alors, il n’y a rien du tout à redouter ? Juste demeurer serein et flexible ? En tout cas, la précipitation ne mène à rien. Rien du tout.


N.R.

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar