A l'emporte pièce

SUR LA TOUCHE ?

Dimanche 16 Janvier 2011

Pour sortir de la crise politique, les principaux acteurs ont décidé de se rencontrer sans les médiateurs nationaux tels les membres de la Coordination nationale de l’organisation de la société civile ou CNOSC. Ou les chefs des églises chrétiennes, en retrait depuis l’échec des négociations à Ambohimanambola au début du conflit ayant opposé Marc Ravalomanana à Andry Rajoelina. Ils affichent la prudence avant d’avancer quoi que ce soit. Pour l’émissaire de la SADC, Leonardo Simao, les rencontres se font, mais les unes auprès les autres, en évitant toute possibilité de tables rondes.

ECLAIRAGE

L’expert des relations extérieurs Julien Radanoara est souvent décrié par les tenants du pouvoir. Pourtant, il anime le débat avec des arguments solides. Par exemple, il affirme que l’obtention de la reconnaissance internationale ne signifierait pas automatiquement le retour des aides financières au développement. Ces mannes financières viendraient avec l’avènement d’un gouvernement de la quatrième République reconnu par tous. La reconnaissance internationale, selon Julien Radanoara, va « nous permettre d’avoir des fonds et du matériel pour mieux organiser les élections ».

DE FIL EN AIGUILLE

La fermeture des entreprises franches du textile ne décourage pas les candidates à la formation en coupe et couture. Deux écoles spécialisées en la matière sont toujours aussi fréquentées. Elles organisent même des cours spéciaux ou accélérés selon les besoins des futures couturières. Même des hommes viennent frapper à la porte de ces deux centres de formation. De temps à autre, il est vrai, des sociétés toujours présentes embauchent des ouvriers pour une durée déterminée. Des opportunités à saisir.

BILLARDOSE

La jeunesse dorée de la capitale aime les divertissements coûteux. C’est ainsi qu’ils ont fait du billard leur passe-temps favori. Sous les lumières tamisées des restaurants de luxe, ils jouent jusqu’au petit matin ; avec les meilleurs marques de Whiskies à côté de la table au tapis vert. Dans les quartiers populaires aussi, des jeunes s’initient au billard. Mais avec des règles établies par eux-mêmes. Souvent, des paris sont organisés pour ces amateurs de billard. Des jeux qui valent la chandelle.

TITANESQUE

Andry Rajoelina avait surpris tout le monde en annonçant la reprise des travaux de réhabilitation de la RN 44. Un tronçon de 110 km reliant Moramanga-Vohidiala, d’un importance capitale pour la production rizicole. L’Etat a consacré 10 milliards d’ariary pour les travaux nécessaires. Le marché en question était évalué à 60 millions de dollars en 2004. La société Malaisienne Ho-Hup avait reporté la mise mais conduire les contrats jusqu’à leur terme. Aujourd’hui, on parle d’utiliser les huiles lourdes de Tsimiroro pour bitumer cette route.
G. Ravelomanantsoa

Top secret | A suivre... | Les lauriers de l'Hebdo | A l'index | A l'emporte pièce