Alerte Infos

Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018

Mardi 20 Mars 2018

Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
ADN France a convié les malgaches à fêter l'Alahamady be autour du thème de la culture malgache ce 17 mars.

Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
Plusieurs intervenants se sont succédés au pupitre.
Sur le thème de l'Alahamady, deux illustres conférenciers Messieurs Abel Andriarimalala et Arima Rabesata, nous ont rappelé le premier en français et le second en malgache l'origine de cette célébration.
Monsieur Christian Rasoamanana a, quant à lui, traité de l'impact que pourrait avoir le tourisme culturel à Madagascar.
S'en est suivie la présentation par plusieurs membres d'ADN des différentes régions de Madagascar dont ils sont issus.

Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
La richesse des sujets traités a captivé l'assistance réunie autour de la culture ancestrale malgache et les projets culturels d'avenir pour Madagascar.

Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
Monsieur Abel Andriarimalala, professeur de lettres, de français, de malgache, passionné d'histoire, de légendes et mythes de Madagascar, "olo-manga" de Madagascar a débuté la séance sur l'Alahamady be, après le discours de bienvenue de Madame Vola Rasoamanana Responsable ADN France.

L'alahamady be, nouvel an malgache, contrairement à la croyance populaire, n'est pas uniquement une fête de nouvel an de l'Imerina mais de tout Madagascar.

Au mois de mars du calendrier grégorien, on célèbre à Madagascar, le premier jour de l'année traditionnelle malgache ou « Alahamady be ».

La célébration de ce jour de l'An est rythmée par la première pleine lune de l’année.

L'éphéméride malgache est conçue suivant le mouvement astral. En effet, la notion de l'espace-temps est liée à la notion de destin chez les malgaches, et c'est cette considération qui régit son univers socio-culturel.

Basée sur le calendrier lunaire et la saison des récoltes, la date de cette fête varie d'une année à l'autre. En général, l'année qui dure 354 jours se subdivise en 12 mois lunaires de 28 jours, et la semaine malgache commence le jeudi et se termine le mercredi.

La fête du Nouvel An dure plusieurs jours avec danses, musiques, hira gasy, divers jeux, lampions, kabary et de la viande de zébu à profusion.

Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
Le Nouvel An malgache est un rituel de pardon, de partage et de vœux de prospérité.

C’est une occasion de réconciliation et de présentation des voeux entre les générations.

Au temps des Rois, l'avènement de la nouvelle année correspondait au pardon généralisé, qu'il s'agisse de dissensions entre époux ou de différends entre proches parents, ou dans la communauté, ou encore entre dirigeants et population.

La lumière qui chasse les ténèbres, l’eau qui purifie et réconcilie, le riz et le miel qui amènent vie et prospérité, et la viande que l’on se partage « nofon-kena mitam-pihavanana » entre ressortissants et descendants d’une même localité, resserrent ainsi les liens de parenté et sont les symboles forts de l'Alahamady be.

La veille du début de cette période de fête, il était fady de manger de la viande, en général d'abattre un zébu.

L’Alahamady be est pratiqué depuis le 16ème siècle, initié par le roi Ralambo pour marquer son jour de naissance, et confondu ensuite à tort avec la fête des Rois puisque nombre de ses successeurs étaient nés également pendant la même période de l’année.
La reine Ranavalona III changea même la date en novembre pour son anniversaire.
Ceci explique cela. Une polémique sur la célébration du nouvel an malgache divise ceux qui le fêtent en mars et ceux qui le fêtent en novembre.

Toujours est-il que l'Alahamady be tient compte du calendrier lunaire et non du jour de naissance de nos rois et reines.

Aujourd’hui, sous l’impulsion de nombreuses associations, cette fête est de nouveau célébrée par un grand nombre, dans diverses régions de Madagascar et semble marquer le retour aux sources, aux us et coutumes traditionnels et répond à une véritable demande de la population de retrouver ses racines.





Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
Monsieur Arima Rabesata autre "olo-manga", astro-physicien a poursuivi avec une présentation de l'Alahamady en malgache et l'a notamment axée sur la croyance au Vintana (destin) qui est l’une des bases de la culture malgache et a insisté sur le "Soatoavina Malagasy".
"Soroka miara-milanja, vatana miara-mandroso, tongotra miara-mamindra".

Les Malgaches parlent d'heureux, "Tsara vintana"et de mauvais destins "Ratsy vintana", qui influent sur le caractère d'une personne.

Monsieur Rabesata, auteur d' "Alimanaka malagasy" fait référence également aux jours fastes et aux jours néfastes, "Fanandroana, fianarana manisa andro malagasy" et nous a initiés à l'astrologie malgache, aux 12 mois de l’année, avec l’équivalence des signes astrologiques occidentaux et la correspondance aux mois grégoriens :
1. Alahamady - Ariès- mars-avril- Bélier
2. Adaoro – Taurus - avril-mai- Taureau
3. Adizaozy - Gemini - mai-juin- Gémeaux
4. Asorotany - Cancer - juin-juillet- Cancer
5. Alahasaty - Leo - juillet-août- Lion
6. Asombola - Virgo - août-septembre- Vierge
7. Adimizana - Libra - septembre-octobre- Balance
8. Alakarobo - Scorpius - octobre-novembre- Scorpion
9. Alakaoza - Sagittarius - novembre-décembre- Sagitaire
10. Adijady - Capricornus - décembre-janvier- Capricorne
11. Adalo - Aquarius - janvier-février- Verseau
12. Alahotsy - Pisces - février-mars- Poissons

Quatre de ces mois sont fastes : Alahamady, Asorontany, Adimizana et Adijady.

Alahamady est donc le premier mois de l’année.


Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
Après ce retour culturel vers le passé, Monsieur Christian Rasoamanana a fait un brillant exposé sur sa vision du développement de Madagascar au travers du tourisme culturel.

"Nos gouvernants ont trop souvent prêté peu d’importance à la culture par manque de compréhension de leur impact économique. Beaucoup la considérait comme un passe-temps, or il y a une véritable économie/industrie capable de générer des revenus et de créer des emplois." dixit Monsieur Christian Rasoamanana.

Le tourisme culturel est une forme de tourisme en pleine expansion qui a pour but de faire découvrir le patrimoine culturel et la mode de vie d’une région et de ses habitants.

Selon une étude récente de Tripadvisor, près de la moitié des voyageurs indiquent avoir choisi une destination en raison de la culture et de la population du pays.
C’est donc une vraie opportunité que nous devons saisir.

Non seulement valoriser notre culture est un moyen d’attirer plus de touristes mais aussi d’augmenter leur panier moyen, de les faire consommer plus, de les fixer plus longtemps sur le territoire.


Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
Le tourisme culturel est donc un moyen pour les populations locales de se générer des revenus.
Au-delà des produits de base que sont l’hébergement ou la restauration, il y a de nombreux emplois et compétences qui peuvent être créés : le métier de guide touristique et culturel par exemple, mais aussi toutes les activités de fabrication, de vente d’objets et d’art, d’organisation d’événements culturels.

Mais il faut élargir la vision traditionnelle de l’économie de la culture considérée comme un passe-temps vers une approche plus large qui intègre les métiers de la création. La gamme de l’industrie culturelle et créative est très large (musique, films, journaux, radio, télévision, livres, spectacles vivants, architecture, arts visuels, jeux vidéo, publicité).
C’est cette créativité qui va contribuer à définir l’identité de nos régions, de nos localités, de notre pays en diffusant sous forme de produits, de services, leur image dans les médias et sur les marchés. Ces industries créatives sont source de richesse .

En résumé, tourisme culturel et industries créatives peuvent être un pilier du développement de notre pays et en particulier sur le plan local."
Monsieur Rasoamanana a illustré ses propos à travers un projet de développement de la ville d’Ambositra, sur ce qu'il est possible de faire en valorisant la culture, une ville avec une identité culturelle forte notamment avec le savoir-faire ancestral de l’art Zafimaniry et son travail raffiné du bois. Un projet ambitieux de rénovation urbaine, d’animation culturelle et d’éducation sociale avec un concept de chantier-école.
L’ambition est de faire de la ville une vitrine à ciel ouvert du savoir-faire Zafimaniry.
"Je me suis beaucoup nourri de mes voyages à l’étranger pour imaginer l’Ambositra de demain" dixit Monsieur Rasoamanana.

Ces différentes interventions culturelles passionnantes ont été enrichies par les présentations des différentes régions de Madagascar par les membres d'ADN France notamment sur la fabrication de marmite d'Ambatolampy région Vakinakaratra par Frank Tardieu, sur la Baie de Saint Augustin par Albin Fortunat, le Rova de manjakamiadana par Zo Razafija et bien d'autres encore sans oublier la modératrice Mino Rakotozandriny.


Une Première réussie pour ADN France lors de la célébration de l'Alahamady ce 17 Mars 2018
Cette fête de l'Alahamady a également été l'occasion pour ADN France de faire une levée de fonds pour le projet de Bibliobus dont a fait référence Madame Vola Rasoamanana dans son interview.

Les invités se sont retrouvés autour de mets malgaches, le composé, le lasary, les sambos, le traditionnel Romazava et l'Akoho ritra, bercés par le duo Milon Kazar et Domoina.


Un autre olo-manga, Jean Andrianaivo Ravelona , créateur d'un style nouveau, le Ay Fanahy, "rencontre du réel et du spirituel", a exposé ses oeuvres picturales et a initié les profanes sur l'ay fanahy.

Issus d'une profonde méditation, les éléments du tableau ne peuvent être peints sans la représentation de leur Lumière intérieure.

Hervé et Tiana étaient aux commandes de la soirée dansante qui a clôturé cette soirée fort riche en rencontres diverses et variées.



Crédit Photos : Mamy Andrianasitera.
Lala Haingo RAJAOARISOA
Lala Haingo Rajaoarisoa

Nouveau commentaire :

Alerte Infos | Insolites et le-saviez-vous ? | Interviews | Communiqués | Photos galeries | Bons plans | Questions-Réponses | Vaovaom-piangonana | Recettes malgaches | Tout sur Air Madagascar | Contact | Chronique | Misy raha ao | Voyages, Tourisme à Madagascar | Mada en 1 clin d'oeil | Lu sur le Net | Codes promos | Mada infos régions | Soirées | Tv Gasy | Web radio | Vos agendas soirées et événements ici ! | Courrier des femmes | PPN | A la une | APFMada : Association "Agir pour les femmes à Madagascar" | Journal Télévisé RTA - Madaplus | Associations | Sponsors et partenaires du Big Mada White - Nuit Blanche 2016 | Retrouvez : infos et Communiqués Air Madagascar